Je débute aujourd’hui les ateliers d’écriture pour le Crous de Toulouse en direction des étudiants qui résident dans la cité universitaire de Toulouse Rangueil. J’en profite pour partager avec vous une petite partie de la lecture tissée que j’ai montée pour le Lycée Monteil de Rodez, à la demande du Professeur de Français, Carine Alary.

A l’origine de ce projet, la Mission départementale de la culture, organisme associé au Conseil Général de l’Aveyron et représenté par Isabelle Hochart et Aude Petit-Bousquet. La mission départementale initie des projets artistiques et culturels sur l’ensemble du territoire. Sensible au développement de la littérature contemporaine dans le département, le service du livre et de la lecture propose depuis 2009 un cycle de rendez-vous littéraires intitulé : Univers d’auteurs. En 2011, l’auteur invité était Pascal Dessaint.

Le projet consistait à faire écrire des micro-fictions à une classe de première Bac Pro maintenance des équipements industriels – soit 19 gaillards plus coutumiers des terrains de sports et des virées entre potes que de la page blanche – sur les thèmes chers à Pascal Dessaint : le polar, le social et l’écologie. A l’issue des ateliers,  une lecture tissée d’extraits des textes a été donnée par 12 des participants, accompagnés à la guitare par l’un deux – Jason – que je félicite encore une fois pour ses improvisations.

Je profite de l’occasion pour remercier Carine Alary et le Lycée de Monteil de leur accueil et de leur implication. Sans oublier Aude Petit-Bousquet et Isabelle Hochart. Mais je salue surtout mes 19 partenaires dans ce travail, pour leur enthousiasme, leur joie de vivre et la formidable énergie qu’ils ont mise au service de cette rencontre. Pour les mots qu’ils ont bien voulu me donner et pour ceux qu’ils ont accepté d’écrire  :  Anthony, El Anziz, Florian, Jules, Hugo, Guillaume, Jason, Jonathan, Jordan, les deux Julien, Les deux Maxime, Louis, Mickaël, Pierre, Steven, Vincent et Youssouf.

Nous partîmes dix-neuf,
mais par un prompt effort,
nous étions encore douze,
en arrivant au port.

Milady et ses douze mousquetaires

Lecture musicale tissée du 12 mai 2011 (extrait) :

Mourir fait partie de la vie, Madame.

Il y en a marre d’employer des mots qu’on ne comprend pas. On n’existe plus, on n’est plus rien.

Il y en a marre de la guerre, de la vie chère, des inégalités dans le monde. Tout le monde le dit, mais il n’y a rien qui change. C’est pas normal.

J’ai peur, la pire des choses, c’est d’en parler. Je fais que rêver de ça.

Tu te laves le soir et demain tu te salis. A quoi ça sert ? A rien. Qu’est ce qu’on pourrait changer, c’est comme ça.

Mourir n’est peut-être pas la pire des choses ? Je sais pas, j’ai pas essayé. Mourir, c’est la pire des choses quand on est vivants. Il y en a marre, et pourtant…

Je voudrais tout à moi. Je partagerais mes richesses avec mes potes. La gentillesse, quoi. Il y a tant à dire. Et si tout le monde apprenait à comprendre les autres ? On instaurerait la confiance. La gentillesse, quoi.

La main dans le sac,
pour une poignée de riz, pour un fruit.
Jack forever.
La vague et les terres dures,
Calme plat – Avis de tempête.
L’entrave s’enchaîne
Dans le jeu d’une devise :
Carton rouge, hors jeu !
Le tueur légal met dans le mille.
Pas à pas, vivre ou mourir,
cela ne dépend que de vous.

L’intégralité de la lecture se trouve ICI.

Article La Dépêche du 13 mai 2011.

16 Responses to Ateliers d’écriture à Rodez
  1. […] Lycée Alexis Monteil de Rodez – section enseignement professionnel. Atelier d’écriture en temps scolaire donnés au CDI […]

  2. Bon, n’ai pas eu beaucoup de temps pour commenter dernièrement. Atelier d’écriture avec des jeunes, ça c’est du service public de qualité tiens;
    J’en profite pour saluer les vases poétiques. Je partage ta difficulté à publier des poésies sur le blog. je l’ai fait un peu au début et maintenant, je ne le sens plus, peut-être parce que j’ai glissé du côté de la chronique. Quant à commenter, je l’ai déjà dit chez Pittau, j’ai du mal. m’enfin le Martin Pittau a été un bon cru 🙂

  3. Bien joué, Milady et ses d’Artagnan. :0)

    • @ Sophie : A votre service gente dame 🙂
      @ Zoé: Pour commenter la poésie, je suis pareille. Mais si le MartinPittau t’a plu, alors tant mieux. Merci Zoé. Les ateliers, si ce sont des projets porteurs, c’est vraiment un régal de les concevoir et de les animer.

  4. A n’en pas douter, ce fut une belle aventure dont tous les protagonistes doivent encore se souvenir! Les résultats sont à la hauteur des engagements! Dommage que nous ne puissions écouter l’intégralité: musique et paroles!
    J’aime beaucoup le commentaire de Sophie K.! Bravo belle Milady! Vos d’Artagnan furent braves!

  5. Belle photo, émouvante, de la présence.
    Et le texte, oui le texte, « J’ai peur, la pire des choses, c’est d’en parler. » Rien que ça, à cet âge, j’aurais aimé avoir un atelier comme ça, j’aurais vraiment aimé ça. C’est du beau travail que tu fais Frédérique.

    • Ah merci Gilles, parce que c’est exactement pour ça que je les fais. J’adore la photo, c’est la première fois qu’on me prend sur le vif avec un groupe que j’anime. On préparait la lecture. Ils étaient à fond.

  6. Bonjour,
    Nous avons passé un agréable moment ensemble. Merci d’avoir partagé votre passion avec nous. Nous sommes fiers de notre travail.
    Bonne continuation nous vous embrassons.
    Les 19 gaillards

  7. hum!! Frédérique, animer un atelier, suppose, pour réussir de prendre des risques. Vos mousquetaires sont du Roy, même s’ils ont découverts des riches lieux, où rire sous cape, avec vous. Vous avez évité le sort de Milady, mais l’hiver, le terrible « winter » arrive, vous garderez la tête sur les épaules et tous, ensemble, vous fendrez la tête à coups de hache

  8. Sont sympas, les 19 gaillards.

  9. J’aimerai participer à vos ateliers d’écriture,
    Pouvez vous m’y accepter…….

    • Bonjour,

      J’ai bien reçu votre message et je vous remercie de votre intérêt. Votre adresse de messagerie n’a pas accepté ma réponse, aussi je vous la remets ici. L’atelier que je peux vous proposer est un résidentiel d’été sur le thème « Du vécu à la fiction ». J’en parle dans le lien que je vous mets ci-après et vous y trouverez tous les éléments, notamment le lien vers le site de l’association qui organise ce stage.
      Si jamais celui de juillet était déjà complet – ce qui est fort possible- sachez que nous envisageons d’en ouvrir un second en septembre.

      http://www.frederiquemartin.fr/atelier-stage-ecriture-ete-2016-ecrire-nouvelles-roman-theatre-ecrire-avec-un-ecrivain/

      En espérant avoir répondu à votre attente.
      Bien cordialement.

      Frédérique Martin.


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *