Slide background

La vi(ll)e en rose : Un roman fait pour le cinéma

Le monde Païkanne : Un très beau récit. Poignant.

Les bavardages de Sophie : Comment rédiger un billet sur ce roman? … il m’a touchée, parlée, renversée !

Sylire : une auteure que je vais désormais suivre de près.

Laurie Lit : Voilà ce que j’ai aimé, des personnages simples, paumés, qui se posent beaucoup de questions sur eux, qui font attention aux autres. Il y a beaucoup de tendresse dans ce livre

Enna Lit : ancré dans l’époque, abordant, sans être anecdotique, des sujets importants de notre société

Cultures Toulouse : Une narration maîtrisée qui rend les personnages plus vrais que nature, le tout dans un rythme soutenu qui happe le lecteur. 

La cause Littéraire : La langue est politique, elle se nourrit, elle se féconde, se poétise par de nouveaux apports. Frédérique Martin l’a parfaitement compris et elle en joue.

Les facéties de Lucie : Une évidence. Ce roman m’a happée.

Blue Moon : Un récit émouvant derrière lequel on sent une colère rentrée et vibrante à l’encontre de notre propre inertie… ou de notre indifférence.

La bibliothèque de Noukette : Conquise, une fois de plus. La langue surprend, souvent dure, parfois âpre, toujours vraie. Les mots égratignent, soignent aussi

Serendipity : Un trio qui devient un quartet qui devient un quintet qui fait une symphonie et qui redevient un quartet qui fait un requiem. Sauf quand on les aime est un chant qui va vous ravir.

Mille et une lectures : Un roman qui parlera à toutes les générations.

Lire et relire : Un livre qui vous remue les tripes, que vous ne pouvez pas lâcher avant la fin…

Des mots sur des pages : Troisième lecture de cette rentrée littéraire, et pas n’importe laquelle … Une de celles qui vous marquent par sa beauté placée au même pied d’égalité que sa dureté.

Carnet de lecture et autres futilités : Toute la réalité sociale nous pète au visage. Précarité de ces jeunes qui aimeraient pourtant se construire un autre présent. Violence du quotidien, peu de perspectives d’avenir. Et ça fait mal, ça lacère le cœur et ça étouffe.

Ce que Marguerite lit : Il y a dans l’écriture de Frédérique Martin à la fois de la douleur, de la hargne, mais aussi de la douceur, de la tendresse, de la délicatesse. Elle donne l’impression, parfois, de nous comprendre, nous, lectrice (lecteur?), d’avoir compris ce qui nous travaille, ce qui nous chamboule, ce qui nous fait peur. D’avoir écrit pour nous, tant elle nous touche. Elle donne vie à des personnages qui ne peuvent qu’être attachants tant ils sonnent vrai et juste.

Librairie Le goût des mots : Comme dans son précédent roman Le vase où meurt cette verveine, Frédérique Martin nous entraîne avec talent auprès de personnages très attachants, jusqu’à un coup de théâtre qui bouscule et dont on ressort complètement sonné. Sauf quand on les aime est une histoire bouleversante, qui explore les thèmes de l’amitié, la solidarité, et aussi la violence de la société contemporaine. Malgré les coups durs, l’auteure porte sur ses personnages un regard tendre et plein d’empathie qui les rend inoubliables.

A bride abattue : Elle nous livre un récit vif, amusant, toujours tendre, souvent poignant, parfois insoutenable comme la vie peut l’être souvent.

Le Blog de mille et une frasques : …une plume très belle qui sait faire alterner douceur et poésie (il y a de très jolis petits passages descriptifs) avec des mots et un rythme d’une grande puissance.

Le blog du petit carré  jaune : Pas facile de vous parler d’un livre qui brûle les mains, les yeux, les tympans, le cœur. Découvrir un roman que l’on n’attendait pas aussi fort, aussi terrible.

Le blog de Bricabook : J’avais déjà plus qu’aimé Le Vase où meurt cette verveine, là je suis clairement admirative de trouver à la fois dans un roman autant de hargne, de fougue, de douleurs, mélangés à une si belle délicatesse d’âme.

Les lectures de Martine : C’est beau. On a envie d’y croire aussi. Et c’est tout !…

Liloulitcom : Un livre lumineux !

Blablabla Mia : …j’ai retrouvé avec plaisir sa plume sensible et directe, sa musique, et cette capacité qu’elle a à nous plonger dans une histoire simple en apparence pour nous saisir quand on ne s’y attend pas.

Mais aussi : T Livres ? ; Les lectures de Marguerite ; Les cartons d’Emma ; Culture chroniques ; Échappées ; Vive les bêtises et aussi la lecture ; Les fanas de livres ; Les jardins d’Hélène ; Baz’art ; Tu vas t’abîmer les yeux ; Les pages de lecture de Sandrine