Il s’est passé une chose extraordinaire l’autre jour sur France musique. J’étais en train d’écouter tout en vacant à mes occupations – car en effet, je vaque,  ne vous déplaise – quand l’un des invités prononça une phrase inouie, d’une profondeur tellement abyssale qu’elle me fit abysser net : 
« On a tous en nous quelque chose de Frédérique ».
Tombant à genoux, les bras en croix, je m’écriai dans un accès de piété : « Mon Dieu, ils m’ont reconnue ! Je suis enfin sur le service public. »

Car – vous l’ai-je dit ? – j’ai tenté autrefois une carrière d’auteur radiophonique. Elle fut convulsive : j’envoyai des textes, on me les refusa. Pour cause de discourtoisie. Je prétendais ennuyer l’auditeur avec des phrases trop longues,  des débuts alambiqués et des fins sans queue ni tête. Au téléphone, Mme X était indignée ; des histoires comme ça, on en trouvait dix sous les sabots d’un âne. Dommage qu’elle fût en plein Paris, elle me l’aurait démontré. Elle convoqua Maupassant qui était fort occupé avec des pissenlits et des asticots. Elle se rabattit sur Bellemare qui ne semblait pas mieux disposé. Dépitée, car elle manquait de nègres sous la main et en avait un besoin pressant, elle finit par conclure :  » Je ne sais si vous êtes assez souple pour travailler avec moi ».

Un ami mien me fit remarquer qu’on parlait sans doute à demi-mot d’élasticité et de diamètre. La hauteur de son point de vue me conduisit à lui envoyer un mail pour qu’il dissèque les oeuvres maudites, au nombre de quatre – car je suis médiocre, mais avec enthousiasme.  Scéance tenante, je lui adressai ce message :  » je t’envoie des textes illisibles et de surcroît poétiques. Prends garde comme la citronnelle devant le bouillon de poule. Signé : Chérie FM. ». Ce qui devait advenir, arriva : dans l’emportement, j’oubliai de modifier l’adresse du correspondant. Aléa jacta est. ( « Ils sont bavards, à la gare de l’Est ». Alea jacta ouest : « à Montparnasse aussi » – Traduction Pierre Desproges).

Après ça, il me restait peu d’espoir d’être un jour à l’antenne de notre grande maison de la radio. Certes, on y privilégie les constructions courtoises pour l’auditeur – sujet, verbe, complément – mais on y perd facilement son latin sous la férule d’un adjectif. La preuve, même en me relisant quatre fois, Madame X n’a toujours pas compris où je voulais en venir. Pourvu qu’il en ait été de même avec ce mail !

Alors cette phrase sur France Musique, était-elle  une manifestation de mansuétude  ? Pouvais-je espérer, tenter à nouveau ma chance ? C’est alors que l’invité poursuivit en évoquant le talent de Frédéric… Chopin. Pardon ? Qui c’est celui-là ? Encore un auteur recommandé, un fils de, un pistonné. Bon bref, cela n’entamera pas ma bonne humeur : Chopin, Martin à quatre lettres près, c’est un peu pareil, non ? Comment ça, non ?

 

CP : Frédérique Martin

Et pour prouver s’il en était besoin, que je n’ai pas l’esprit de rancune, je vous laisse ce lien où vous saurez tout pour devenir auteur radiophonique .
C’est à vous !

68 Responses to Cacaphonie
  1. Eh ben… j’ suis sur le cul, là… Vous pouvez être GENTILLE et MARRANTE !!! 🙂
    Reprenez-vous, bon sang, vous êtes une écrivaine sérieuse !!!

  2. Alors là, pour une GENTILLE MARRANTE, quelle agressivité, quelle impétuosité, quelle verve furieuse. Mais vous êtes une femme de guerre ! La Jeanne d’Arc du ouèbe ! La Pasionaria des blogs !

    Rien que parce que j’ai pas envie de recevoir un coup de gourdin sur le crâne (y doit m’ faire de l’utilité encore pendant quelques années), je vais répondre à votre injonction : FM est GENTILLE, MARRANTE et talentueuse (à gages). Signé : ù*+=

    Désolé pour la signature mais j’écris comme un cochon.

  3. @FM. Sur MON blog ? Ah non, je m’en voudrais de vous voler un gramme de notoriété en utilisant votre nom pour briller. Non, non, non… j’ suis un obscur et je tiens à le rester. Et puis, ce serait déchoir pour vous que d’être nommée sur un blog aussi peu fréquenté que le mien.

  4. @FM. Le féminin de gougnafier, c’est bougnafière ? 😀

  5. Mince! Encore un peu et j’allais rater un des plus beau échange depuis… très longtemps!! Mais que font Anna de S. et Babeth? Je m’étonne! … Bon, continuez, continuez! …

    Que voulais-je dire? … Ah oui! Et Radio Londres? Vous avez essayé? … Oui, je sais!

    • @ Depluloin : Radio Londres, on verra. Mais comme vous allez honteusement me pistonner pour que j’entre à France Cul…Tout va s’arranger grâce à vous :0)
      Babeth et Anna, je crois qu’elles bossent (ensemble si ça se trouve !).

  6. En effet la passe d’armes valait le détour (oui enfin n’exagérons rien un clic juste à droite de mon tiblog). T’es gentille toi ? Talentueuse ouiche, marrante certes, gentille euh, faut voir (il te reste des confitures ?) 🙂

    • @ Zoé : Mais oui je suis gentille, mais pas tout le temps non plus, faut pas exagérer 🙂 Mon stock de confitures en a pris un coup, j’ai un succés dingue de ce côté là !

  7. Magnifique photo sur ta page d’accueil !
    Très belle.

  8. Chopin ? Un ivrogne, bien sûr.

  9. Un petit bonjour en passant, un grand bravo. Votre texte est vraiment poilant , enfin bon, personnellement, j’ai adoré et votre titre aussi ; en plus concernant « France bidule » vous avez complètement raison, sinon il y a « Radio Cactus », c’est comme « chérie FM », mais dans un petit village, il prennent tout le monde (sauf Fréderic Chopin 🙂 par contre vous aurez à combattre un certain Frédéric François, c’est pas gagné, mais c’est disons euh… Un tremplin 🙂
    http://www.radio-cactus.com/


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *