Comme elle leur en voulait, oh oui alors ! Mais chut, ta gueule, ta gueule. Elle n’allait pas encore tout gâcher, au moins ? En regardant chaque cadeau figé au pied de l’arbre où les breloques rivalisaient avec les perles et les guirlandes, elle souriait plus jaune que les dorures étincelantes. Elle finirait bien par y poser ses chaussures, de toutes façons.

Ce léger paquet violet avec une belle étiquette « petite pute », elle savait qui le lui offrait. Juste à côté, un cube rouge et luisant de la part de celui qui voyait en elle une merde intégrale. Et tiens, ce vert émeraude, une vraie chorale : mais tu ne peux pas laisser tomber ? Ces deux-là, orange phosphorescent, ils reniflaient d’envie et de déloyauté, mais toujours sous un sourire de bal. Et en dernier, un bleu pétard, vulgaire et voyant, pour rien, pour le fun : tournée générale.

En reculant, elle admira leur éclat luisant, leur si belle apparence. Ce sont de bien jolies grenades, decida-t-elle en pinçant ses lèvres gerçées. Elle y rajouterait quelques papillotes argentées, pour les coups durs, les mots collants, les portraits à la truelle, les racontars, les médisances, les meurtrissures que l’arnica n’effacerait pas, avant de lisser le coton de sa robe avec ses paumes moites.

Joyeux Noël, joyeux Noël ! Et voilà qu’ils déboulaient en habits du dimanche, tout propres et parfumés. Et que ça jacasse, et que ça te serre dans les bras et que ça t’empègue les joues de salive. Elle ravala toutes les injures et les vœux de pacotille qui lui prenaient la gorge avec leurs glaires énormes, les fit passer d’une grande inspiration, comme on lui avait appris, avant de se désinfecter d’un coup de gnôle. Elles lui tombèrent dans l’estomac si fort qu’elle faillit s’écrouler.

Sous le clignement des ampoules, elle prit peur devant leurs traits grimaçants, leurs têtes boursouflées de cadavres bien mûrs. Sûr qu’elle avait eu de trop grands espoirs, pour elle comme pour eux. Sûr qu’il était l’heure pour elle de prendre ses médicaments. Sinon comment faire pour supporter sans broncher le venin des sourires et les remugles de la dinde qu’ils n’en finissent pas de vider.

 

33 Responses to Chez eux (5)
  1. la divine enfant, c’est elle !
    j’entendrais bien un violon de débutant, grincé sur ton texte à la Kalash, Frédérique !
    🙂

  2. Non, je dis rien, parce que j’attends que les autres soient arrivés. j’me sens toute chose, là toute seule parce que ton texte il me fout les boules, j’avais pas besoin de ça, là en c’moment. Bon quand est-ce qu’on s’boit un café pour se remonter le moral; (j’adore cette chanson).

    • @ Zoé : Désolée, mais tu sais ce que c’est, l’esprit de Noël. (Et pour le café, faudra patienter un peu, parce que je ne suis pas souvent là. Tu tiendras le coup ? 🙂 ).

  3. T’as pas trouvé le mien ???

    Le rose à rayures jaunes …

    (c’est d’un goût …)

  4. […] Ce billet était mentionné sur Twitter par Christophe Sanchez, gillesbertin. gillesbertin a dit: Chez eux (5) http://goo.gl/fb/5x6Ri […]

  5. Je profite de l’occasion pour me souhaiter un bon anniversaire puisqu’il y a pile deux ans que j’ai ouvert ce site. Un merci à Gilles sans qui cela n’aurait pas été possible et à Frédérique Elkamili pour sa photo en page d’accueil que j’aime tout particulièrement.

  6. Dégoupiller les grenades, ce serait mon idée, rien qu’une fois, en kamikaze !
    A quelques jours des artifices, ne serait-ce pas une bonne résolution ? Allez, je tempère 🙂

    • @ Frédérique la photographe : Oui, oui, je vous conseille la tempérance, c’est plus sûr 🙂 Je vais garder votre photo un peu plus longtemps que prévu, parce qu’elle me plait vraiment beaucoup. Vous êtes d’accord ?

  7. @FM : bonne idée, les photos d’Elkamili sont très belles.

  8. Les conseils c’est bien, mais vous savez je n’en fais qu’à ma tête… 🙂
    « Elkamili » vous remercie, ADS. Comme ça y’a pas de confusion entre les Frédérique.
    Conservez Frédérique, si ça vous facilite la vie… moi ça ne me la complique pas 🙂

  9. Bon anniv, au blog de Fredaime, une des maisons qu’on aime visiter, même quand il y a du grabuge comme cette fois-ci. Et les photos de Fredel K sont superbes

  10. c’est chouette noël, ça inspire
    ça respire la désespérance
    (et la gnole)

    🙂

  11. Ouffff!! (bruit du souffle coupé) … Tableau terrible mais pas si excessif qu’il n’y parait! Mérite d’y revenir! … Je ne sais pas si c’est moi qui vieillis, si je sais, mais cette fête m’apparaît de plus en plus dévoyée, cause de tristesse et de… boule à voir dans le passé, boule de… boules quoi! (Au-delà de cette dépression bien connue, tarte à la crème qui fait mal certes!)

    Bonne anniversaire, Frédérique! Voilà une bonne raison de vous offrir un cadeau bien enrubanné! Euh… vous aimeriez quoi? pas trop cher hein? dans les…. Horrible jusqu’au bout!! 🙂

    • @ Depluloin : Merci, j’ai des goûts simples, une trés belle montre fera l’affaire, puisqu’il parait qu’on a raté sa vie quand on en n’a pas une à… ans. Ah mais mince (elle se frappe le front avec un marteau), c’est vrai que je n’en porte pas 🙂 Alors un truc gentil, une bise de Noël par exemple, ce sera parfait.

  12. Je te l’envoie, la bise de Nouël, et pof. Avec un bon anniv’ à ton blog. :0)

  13. Oufff!!! (soulagement, grand soulagement) …

    Alors une belle grosse bise de Noël bien claquante! Sur les deux joues, tenez!!

    (Ces « pays » où la coutume veut qu’on s’embrasse trois voire quatre fois, me goure toujours!:)

    Tenez, et quatre autres à Babeth si vous l’apercevez!! (Je sens d’ici les effluves de… C’est une torture!!;)

  14. @ Frédérique : Rrrrrrrrrraaaaaaaaaaahhh!! Ah quelle douce torture! … Euh… pas de livraisons à domicile? Et si l’on fêtait tout ça chez moi à Paris? :))

    • @ Depluloin : Mais ne me dites pas que vous ne sortez jamais de votre appartement ? La gamelle est trop lourde pour la transporter jusque chez vous, il va falloir faire un petit effort.

  15. voui déjà en vacances
    et seule 🙂
    d’où cet emballement désordonné (et pas très construit sur mon blog 😉
    enfin, ça va se calmer : je rentre dans le rang, je vais fêter Noël en famille à droite et puis à gauche (soupir)

    bon noël avec de la gnole ou sans 😉

  16. oune grosss bizzzz ma Frédaime, en passant.

  17. Deux ans déjà !
    En dépit de nos efforts blogolittéraires à tous, L’AMOUR n’a pas progressé dans le monde, ou alors de façon tellement imperceptible qu’il faudrait un pied à coulisse d’horloger pour détecter le changement…..
    As-tu remarqué que les sapins ont une forme d’écouvillons….. Est-ce pour nettoyer les magnums de Tariquet après les avoir vidés….. Après avoir lu ton texte, je vais m’en jeter un derrière la cravate.
    (tu as du talent Frédérique)

    • @ Gilles : Imperceptible, c’est mieux que rien. C’est surtout que le reste est plus bruyant, plus voyant. Je trinque avec toi, pour fêter nos deux ans d’emménagement ici et notre longue amitié. (Merci :)).

  18. Je trinque avec vous pour vous saluer. Hop.

  19. On peut trinquer encore avec vous ou bien avez-vous tout éclisé?

    • @ Babeth : Tu crois que c’est bien raisonnable ? Il me semble que éclises toi-même depuis quelques jours, sans doute… enfin, bon, moi… ce que j’en dis… c’est pour ton bien 🙂


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *