Dans le cadre du Salon du jeune lecteur qui se tiendra à Quint-Fonsegrives du 14 au 16 janvier 2011, j’animerai trois ateliers en direction des 10-13 ans à la Médiathèque. Puisqu’il est question de peinture, nous allons peindre, évidemment, partir de la couleur, de la matière et du mouvement pour aller jusqu’aux mots. La durée de chaque atelier nous permettra de prendre nos aises et notre temps, ce qui est de plus en plus rare par les temps qui courent. Pas de grandes théories sur la création, la peinture, ni même l’écriture, mais du ludique, du joyeux, de l’expérience. Pour parfaire ce projet, je me suis mise au travail en m’appuyant sur mes participations aux ateliers de Maggy Masselter, peintre dont j’ai parlé à plusieurs reprises dans ce carnet.

Ne reculant devant aucun sacrifice, je vous épargne mes essais avortés pour vous livrer mon premier tableau en exclusivité mondiale ! Gageons qu’il s’arrachera à prix d’or dans quelques années. Un grand avenir s’ouvre devant moi et  les galeristes devraient m’assaillir de propositions devant tant de fulgurance.

 

 

Il ne fait aucun doute que la créativité et l’énergie de mes jeunes ateliéristes seront encore plus convaincantes. Je vous invite à venir le vérifier le mercredi 19 janvier à partir de 14H00, lors de l’exposition qui dévoilera le fruit de leurs recherches et de leurs réflexions, toujours à la médiathèque.

 

 

Horaires des ateliers :

Samedi 15 janvier : 14H00 – 17H00
Dimanche 16 janvier : 9H00 – 12H00 et 14h00 -18H00
Inscriptions gratuites auprès de la mairie 05.61.24.04.98 ou de la médiathèque 05.62.16.63.50 – Nombre de places limité.

Exposition « De la peinture à l’écriture » : Mercredi 19 janvier à la Médiathèque.

40 Responses to De la peinture à l’écriture : Ateliers à Quint-Fonsegrives
  1. Ah non, c’est un peu court, jeune fille!
    On veut tout savoir: nature du support, gouache ou huile, papier ou plastique collé….Et le titre? Composition n° 1? Automnale? Symphonie mandarine?

    • @ M : Traitresse ! C’est une acrylique sur toile de mur (entendez par là sur un panneau de tapisserie récupéré dans un catalogue) et papiers collés. Pour le titre, manquant cruellement d’inspiration, j’ouvre un concours ici même, ET QUE LE MEILLEUR GAGNE !

  2. @FM : surprise! Surprise! Je ne savais pas que tu avais essayé l’art abstrait!(on m’dit jamais rien!) Est-ce un coup d’essai ou bien de maître?

  3. Mazette! On n’a pas fini de rigoler quand FP va passer!!!!! Je me régale à l’avance!

  4. Hé bien moi, Frédérique, je l’aime cette acrylique sur tapisserie et collages … Bref …l’effet est là : un éparpillement de lumière … Enfin, de l’enthousiasme, de l’envie comme ceux que tu énonces en évoquant ces ateliers. Merci pour ce coup de chaud !!
    Bises à toi Frédérique !! Tu commences fort 2011 !! Bravo !

  5. « Mandarine », c’est bien.
    Pour le côté orange et pour le côté croûte.

    Ooooh pardon. En vrai, j’aime bien.

  6. @FM: moi j’en veux bien de ta croûte car je l’aime beaucoup! Tiens, après une AG entre moi et moi, je me nomme à l’unanimité gardienne de tes oeuvres! Elle est pas belle la vie!?

    • @ Babeth : Il me semble pourtant que tes murs sont déjà couverts par les oeuvres d’un autre peintre non moins talentueux. Je me demande si ça ne va pas faire un peu beaucoup…

  7. @FM: quand j’aime, je ne compte pas!

  8. FM, vous auriez dû ouvrir une quincaillerie, vous avez la main qu’il faut. 🙂

  9. @FM. C’est toujours comme ça : le patron apporte les sous, et les employés le savoir-faire. 🙂

    • @ FP :Vous me voyez trôner derrière la caisse pendant que vous courrez partout pour satisfaire la clientèle ? Vous devriez en faire un petit dessin, tiens, manière de juger votre savoir faire.

  10. En lisant l’expression « par les temps qui courent » dans ton billet, j’ai réalisé pour la première fois qu’elle a un sens bien plus profond que celui dans lequel on l’utilise souvent. L’as-tu utilisée avec ironie ?

  11. Est-ce une collure ou un peintage ? Je propose « Vol de libellules au couchant ». On gagne quoi ?

  12. @FM: Je propose « Orage aux Bermudes »? Qu’en penses-tu? Une chance d’être primée?

  13. Alors… j’ai horreur des gens doués en tout! Ça m’énerve! c’est pas juste! Et demain le piano? le violon? … Non mais ne nous gênons pas! … (Ce depuis que j’ai dû constater que mes écrivains préférés étaient soit musiciens soit peintres soit les deux, soit… Sachant que je suis incapable de jouer du tambour ni de tracer une ligne droite, que je suis nuuuuuuuuuuuuuuuuul!!!!!!!)

    • @ Depluloin : Soyez sans crainte, je ne suis douée en rien. Mais je constate que bien souvent, on pratique un art en rêvant d’un autre, qu’on admire et dans lequel on n’a pas de talent particulier. Pour moi c’est la musique. Certains y parviennent, et c’est vrai que c’est énervant.

  14. @FM: oh que non! Je n’ai pas la plume aussi créative que Zoë! Juste pour voir si ça bouge; un pavé dans la mare, pardon dans la mer.

  15. @FM. Et « catastrophe haïtienne », ça vous plaît ?

  16. Voici un texte dans lequel , Frederique réussit avec la maitrise à laquelle , elle nous a habitué, à faire rentrer la fiction dans la réalité. Sans ce mélanger les pinceaux , elle fait une imitation qu’on pourrait prendre pour un original d’une information pour un atelier d’écritures. Elle le fait avec une joie charnelle qui amène à regretter que ce ne soit pas une réalité. Comme dans la croisière des oubliés de Bilal, il y a cet improbable village de Quint-Fontsegrives , situé nulle part qui laisse entrevoir le subterfuge littéraire mis en œuvre.Je crois que pour aller à Quint , il faut passer par Arles,pour en revenir aussi d’ailleurs, ce qui est déroutant. Le collage peinture (qui situerait Quint près de Collioure) réalisé avec une joyeuse désinvolture met une touche aérienne dans ce billet et démontre que notre auteur est bien vive, loin d’être au bout du rouleau. Le mot « ateliériste  » évoque de jeunes gaillards et gaillardes , sportifs , bien dans leur peau. Il ajoute à la coloration charnelle de ce billet.
    Je ne laisserais pas ce texte à la portée des enfants. La prise de conscience que cet atelier est purement imaginaire pourrait, gravement, les perturber.
    Bravo à l’écrivain pour cette petite forme si parlante.
    Compte tenu des réserves déontologiques que j’ai soulevées, j’invite tous les participants à se blog à faire pression sur Frederique, à la prendre au mot, à l’obliger à le faire cet atelier, avec joie et bonne humeur.Ce sera une juste punition pour avoir créer un rêve à portée de main.

    • @ Patrick Verroust : Vous êtes le seul à avoir saisi en profondeur le sens exogène de cette fiction. A cause de votre intervention, le village de Quint Fonsegrives à poussé dans la nuit et une foultitude de jeunes ateliéristes d’une robustesse à toute épreuve ont envahi une pièce où l’on m’avait enfermée par la force. Je fus sommée de m’exécuter et d’offrir à la population en délire, la preuve que je n’étais pas qu’une affabulatrice. Je ne sais s’il me relâcheront à la fin de ce week end initiatique. Je compte sur vous pour alerter les médias si je devais disparaître. Dites à mes proches que je les aime… bip bip bip bip….

  17. (Ça y est, ca démarre, les ateliers ?) :0)

    Bon, je propose « Chutes multiples dans le couchant serein, mais plâtres et cafés à l’arrivée ».
    J’aime bien les titres courts.

  18. Fraderique M:

    J’ai regardé en direction d’Arles Quint où foncent grivoises et gais lurrons pour des fiestas colorrées et endiablées. Le ciel était empli d’arcs en ciel bariolés de chromatismes qui évoquaient autant les dogons que les mythes boudhiques. Les ateliéristes vous en ont fait voir de toutes les couleurs dans une joyeuse corrida de peintures et de mots. Ce soir, vous étes une femme libérée. Il vous reste à assurer le rôle de curatrice en charge de l’agencement de l’exposition. Les bip, bip, bip houra amplieront l’éther.
    J’ai cru comprendre que vos cachets ont été placés dans un tube de pracétamol à l’extrémité d’un arc en ciel, les récupérer sera un conte sans fin et ardemment poétique.
    Bravo pour ce challenge!

  19. FM:

    Je suis effaré par le nombre de fautes. Désolé!

    • @ Patick Verroust : Cuite et libérée. J’ai avalé le tube de paracétamol et sans doute le cachet avec. Mais demain, demain est un autre jour ! Et mercredi… on laissera aller. C’est une valse.

  20. :0)
    (Chuis surtout dans les choux… (moi, ce sont les anti-inflammatoires -jedispaslamarque – ou c’est pire).)
    Biz !

  21. Hello Fredaime, alors on t’a libérée ? ketufais ? On s’fait un p’tit noir un d’ces quatre ?

    • @ Zoé : Pas tout à fait, exposition cet après-midi. Un café ? Oui, oui, mais quand, ça c’est une autre paire de manches :0) Je ne suis pas passée sur les blogs depuis quelques jours, il faut dire que cette révolution tunisienne m’a pas mal occupée et que ce n’est pas fini. J’ai quand même vu que le vent des blogs avait repris du service. En avant toute !


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *