C’est lui,
le voilà,
c’est le jour
tant attendu,
espéré,
désiré,
il est là.

Le jour,
le grand jour,
pour lequel ont filé
les mois et les années,
à peine effleurés
sans doute,
mais bien enfouis
désormais.

Le voilà qui se dresse
semblable aux autres,
incandescent,
paroxystique
absolu.
Réduit
au point le plus obscur
de lui-même,
au rien
dont il faudrait se souvenir
pour s’en repaître.

Qui s’enlisera
Quand même.

Le voilà,
enfin.
Et avec lui,
usé
grinçant
vu et revu
déjà présent,
déjà courbé,
qui le bouscule.
Son lendemain.

 

« L’imprécatrice » – Recueil à paraître

"Après l'autre" - CP Frédérique Martin

21 Responses to Après l’autre
  1. Je suis sur d’être le premier !
    Mais de quel jour parles-tu donc ? J’ai ma petite idée.

    • @ Gilles : Merci de cette intervention d’urgence :) Je parle de ces jours que l’on attend comme des damnés en oubliant de vivre les autres. Je parle de ce temps perdu puisque la journée la plus désirée, passera comme les autres, plus vite même. A peine éclose, déjà fânée.

  2. patrick verroust 18 mars 2012 at 00:15 Répondre

    Le jour le plus attendu, le plus espéré n’arrive jamais, parce que tous les jours , on tend vers demain jusqu’au jour dernier où on se saura pas que de demain point il y aura, à moins d’en décider par soi-même. Juste avant, on était vivant juste après c’est le néant.

    • Certes Patrick, certes. Il n’empêche qu’il y a des jours particuliers dans nos vies, vers lesquels on se tend, alors que – sauf accident de parcours – on est certains de les voir arriver.

  3. Je suis d’accord avec vous.

    L’attente d’une seule journée nous met des œillères qui nous empêchent de profiter des autres.

    Merci pour ce très beau poème.
    Profitons de l’instant présent. Demain arrive toujours trop tôt.

  4. Voilà une facette de vous que je ne connaissais pas… cela me plaît terriblement !

  5. Didier Filipowiak 18 mars 2012 at 09:23 Répondre

    Toujours ce style à couper le souffle, que j’apprécie à chacune de vos lectures. Le jour « J » tant attendu semble se moquer du temps qui passe et pourtant lorsqu’on lit, gravées dans la pierre des cadrans solaire, les maximes de nos anciens « Festina lente » ou encore « Carpe diem », on se dit qu’il finira bien par arriver. Une citation de Françoise Sagan avant de vous souhaiter un bon dimanche:
    « Mon passe-temps favori, c’est laisser passer le temps, avoir du temps, prendre son temps, perdre son temps, vivre à contretemps. »

    • La vraie richesse pour moi, le seul vrai luxe, c’est le temps, Didier. Il m’est devenu insupportable qu’on dispose du mien à ma place.Merci pour la phrase de Françoise Sagan.

  6. Vous devez faire votre première communion ? Vous attendez ce jour avec impatience ? :)
    Bon, pour le reste, très bien.
    (L’imprécatrice rouge ?)

    • @ Monch : Rouge de confusion, c’est sûr. Comment avez-vous su pour ma première communion ? Je fais gamine, hein, c’est ça ? Pourtant, je m’applique chaque jour pour paraître un peu plus mûre. Tss tss, pas douée la petite :) (Merci pour le très bien, je peux avoir mon image s’il vous plait ?)

  7. C’est un signe de jeunesse et de fougue, d’attendre comme ça ! :)
    (Comme Gilles, j’ai ma petite idée aussi…)

  8. @frédérique
    Je n’ai aucune idée de ce qui vous est arrivé le 23 mars… mais tout ce que je vous souhaite, même si c’est une c. , c’est de ne pas le regretter. Je vous embrasse.

    • Cher Didier, le 23 mars, j’ai quitté l’entreprise dans laquelle je travaillais depuis plus de quinze ans pour me consacrer à mon travail d’écrivain. Dans le contexte actuel de désengagement du lectorat, des éditeurs et des services publics, quand on connait la fragilité et la précarité dans laquelle vivent une grande partie des gens qui ont fait ce choix, et compte tenu de l’entente qui régnait entre mon employeur et moi, vous comprendrez que le passage est difficile, même s’il est choisi. Merci de votre gentillesse.

  9. Un grand jour donc – et si poétique. Magnifique!

  10. @frédérique
    Quinze années dans la même boîte, ça laisse des traces et surtout des souvenirs. Que d’émotions et d’images ont dû défiler ce 23 mars dernier ! je comprends les sanglots.
    Maintenant, la page se tourne (Après l’autre)… Vous ne manquez ni de ressources, ni de talent pour entamer une nouvelle et belle carrière (en solo). Pour cette décision courageuse, je vous souhaite toute la réussite que vous méritez. Mes pensées vous accompagnent.

  11. Où es-tu ? (J’espère que ça va, non mais.)

  12. @ Fredaime : Toi aussi ? 😀 Dingue ! (Oui, ça roule, merki. Bécots !)


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *