Bougainvilliers en Fleurs - Tunis 2011

Revenir. Dix jours et pas une égratignure ! Il y avait bien quelques chars empoussiérés devant l’ambassade de France, on avait déroulé du barbelé en pagaille pour m’impressionner et deux ou trois soldats somnolaient à l’ombre de l’avenue Bourguiba, mais rien à faire, la révolution est bel et bien passée sans s’attarder. Même pas un petit couvre feu, le calme plat ! Ah non, mais quelle déception ! Moi qui m’étais prise pour une aventurière, une kamikaze, une dure-à-cuire, seul le soleil s’est risqué à me taper dessus. C’est un peu fort, non ?

Par contre, les rues grouillaient de tunisiens affairés – mais pas trop quand même – au milieu desquels une petite blanche – écarlate à certains moments – baguenaudait en solitaire. Mais où étais-tu, touriste ? Tu sembles avoir fui les lieux comme le morpion s’affole devant le désinfectant. Je tiens à te rassurer tout de suite, les hôtels soupirent, les plages se lamentent, les ruines s’étiolent sans toi. Reviens, tu ne risques RIEN !

Constate par toi-même que les bougainvilliers sont en fleurs, le tunisois calme, les cafés pleins, le thé toujours à la menthe. On se réjouit de te voir, on t’accueille les bras ouverts, on les referme pour t’embrasser, on demande des nouvelles de la France et de ses hommes politiques – qui n’en méritent pas tant. On s’enorgueillit de ce qui a été réussi, on est rempli d’espoir pour ce qui reste à accomplir. Certes, des hommes basanés et des femmes – voilées ou pas – envahissent les trottoirs, mais c’est précisément ce qui fait le charme des lieux. Pourquoi t’en priver ? Tu pourrais voir, oh, bien des choses en somme, surtout si tu t’aventures à plus de cinquante mètres de ton hôtel, ton bus, ta plage, ton guide.

Ami voyageur, tu sembles l’ignorer, mais la Tunisie a besoin de toi, ce n’est pas le moment de mollir ! Est-ce qu’ils se sont dégonflés les morts de la révolution ? Je sais que la tienne date un peu, mais justement, cela te vivifierait le sang et t’ouvrirait de nouvelles perspectives. Bon alors un petit effort, lâche ton journal, ta radio, ta télévision – le monde arabe est en pleine mutation, c’est le moment de le soutenir au lieu de te débiner aux Seychelles. Outre que tu passeras un séjour enchanteur – garanti sur facture – tu participeras à une belle action, tu vacanceras utile.

En ce qui me concerne, je déclare officiellement ouvert le mois de la Tunisie chez moi. Tu pourras y voir des photos, je te raconterai quelques anecdotes et si tu as le bon goût de m’être fidèle, je te livrerai deux ou trois adresses de ma connaissance où tu pourras te rendre les yeux fermés. Mais que demande le peuple ?! Prochainement, je te promènerai dans les rues pittoresques de ce quartier populaire où réside un certain français que j’aime… disons… beaucoup.

D’ici là tâchons de ne pas nous faire les artisans de ce que le café ci-dessous illustre à son corps défendant. Je te souhaite une bonne nuit : Tasbah ala khir.

Diar Soukra - Tunis 2011 - CP Frédérique Martin

22 Responses to Voir Tunis et…
  1. Moi qui espérais tout savoir de tes aventures dans ce billet… je vais être obligé de m’abonner à ton blog et surtout… d’attendre ! Bouh…..

  2. oh bé m’ame Martin, moi j’irai bien voir Tunis mais peux pas alors reviendrai vacancer ici

  3. Salam, Globetrotteuse, on dirait que cette virée t’as fait le plus grand bien, vivifié l’oeil et illuminé la plume !

    • @ Salam Flo et chocrane. Avec une greffe du sens de l’orientation et une ablation de celui du départ, j’aurais un avenir dans le voyage. Tu avais raison, c’est précieux de voyager et cela m’en a donné l’envie à défaut des compétences.

  4. patrick verroust 8 juin 2011 at 13:15 Répondre

    Frédérique:

    Un billet enthousiaste, un appel publicitaire,comme une bouffée d’air emplie d’humour . Il pourrait se résumer,ainsi, « Ami, touriste, ne sois pas timide, car ta gène nous met dans la gène, la vraie ». Vous avez raison si « l’avenir n’est à personne » pour qu’il y ait des lendemains qui chantent, il faut des gens terrassés de fatigues et d’ivresses à la terrasse du café de l’avenir. Vous avez le sens de l’ellipse.Le « un français…que j’aime…disons beaucoup » suggère que ces deux là sont-unis,(i) par la pensée.Continuez,ainsi, nous irons tous en Tunisie, « vacancer » utiles, danser au rythme des darbouka et mezoued. Ce sera roukh and roll.

  5. patrick verroust 9 juin 2011 at 10:35 Répondre

    Frédérique:

    Tout ce que vous évoquez l’accueil,sa chaleur , la foule, les rues inondées de soleil suffisent à provoquer une ivresse des sens. Il n’y a besoin d’alcool.:o)

  6. Alors, on a viré sa cuti, de la plume à la promotion du mois de l’agence de voyage MARTIN !!
    Tout cela est bien tentant … un brin de musique locale et vroum me voilà fort volontier « la-bas dis »

    • @ Mjo19 : Il est vital de soutenir le peuple Tunisien, et notamment économiquement parce qu’il n’est pas sorti de l’auberge et les anciens piliers du pouvoir n’attendent qu’une bonne occasion pour remettre le socle de la dictature en place, y compris sous les drapés d’une prétendue démocratie. Un peuple affaibli aura beaucoup plus de mal à rester vigilant et à se défendre. Dont acte :0)
      Je te recommande vivement et chaudement un détour par Diar Soukra où tu seras reçue comme une reine, si tu vois ce que je veux dire.

  7. Un billet riche, plein d’humour et qui te ressemble. Merci pour avoir dédié tout un mois pour la Tunisie, elle a besoin de cela.

    • @ Rafik : Et je te redis tout le plaisir que j’ai eu à te rencontrer, à échanger en profondeur avec toi sur des sujets aussi importants que ceux auxquels nous nous sommes interessés. Ton humour, ton ouverture d’esprit et ta fraîcheur ont encore conforté l’attachement que j’ai éprouvé pour ton pays et ses habitants. Et la perspective de ta visite en septembre me réjouit à l’avance.

  8. Ouais ba moi aussi j’irais bien en Tunisie!! Au café de l’Avenir par exemple! (Quelle photo!!) Bon? où sont mes cadeaux?

    Sinon : Vive la Tunisie libre!!

    (Attention tout de même. Il y a plus de trente ans de cela, j’avais vu la police débarquer dans un hôtel pour arrêter un tunisien coupable d’avoir bu une bière ou deux en compagnie de français… La laïcité revendiquée n’est pas la même partout.)

    • @ Pluplu: A l’époque dont vous parlez, la Tunisie était déjà sous une forme de dictature qui ne disait pas son nom.
      Merci pour la photo. (Et pour les cadeaux, ma valise était pleine, j’ai rien pu faire 🙂 )

  9. Frédaime, j’en suis bien d’accord! Nous devrions nous partager entre la Tunisie et l’Egypte. Seulement voilà, il faudrait au moins partir !!!
    Tu dis rien des lapi lazulli. la prochaine fois pitêtre ?

  10. t’as été sponsorisée par l’office du tourisme tunisien au moins ?
    monsieur de K est contre le tourisme… mais le tourisme solidaire ? peut-être y a-t-il moyen de le motiver ? j’irais bien faire un tour en Tunisie moi !

    • @ Madame de K : Rien du tout, je suis une bénévole pure et dure dans ce cas précis. Dis à Mr de K que tu l’emmène en Lozère et une fois sur place, dis que tu es nulle en géographie 🙂

  11. T’es en Tunisie ou bien ?…
    T’es cachée ?…
    Tu nous fais tes billets sous la menace d’une citronnade ?
    Résiste… Les renforts vont bientôt arriver !


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *