Un remerciement à celui qui m’a offert le titre d’une nouvelle parue chez Brèves – Le désespoir des roses. Pour m’avoir dit : « Si c’est pour toi, je suis d’accord ».

CP : Frédérique Martin

Je remercie
le papillon
qui hier après-midi
a bien voulu
passer le quart
de sa vie avec moi

même si je ne savais
pas non plus
quand il faudrait
mourir

ni
s’il y aurait
d’autres buissons
où nous
pourrions
nous retrouver plus
tard

…/…

Ce que tu vois
n’a aucune importance

L’important
est que cela exige
ton regard

Que ton regard se perde
il le faut

Ce qui compte
c’est pénétrer cette perte

Parmi tant de ténèbres
la lumière et ton oeil
ne font qu’un

Ainsi ton âme et le plan
dont tu ignores
tout

Werner LAMBERSY
L’éternité est un battement de cils – Actes Sud.

CP : Frédérique MARTIN

 

23 Responses to Werner LAMBERSY
  1. Bonsoir Frédérique.

    En général, quand on dit « Si c’est pour toi, je suis d’accord », cela signifie que c’est également pour soi – pour rappel, je dis bien « en général ». Me trompé-je ?

    Bien à vous.

  2. J’aime beaucoup les deux ou trois premières strophes. Après, je ne sais pas… Je me méfie de ces mots qui finissent en phrases mystérieuses. (Et quand j’entends parler d' »âme » je sors mon revolver!;)

  3. Le titre c’est bien, c’est les sous titres qui sont pénibles…

    Comme dans l’art contempo ou le jazz moderne: tout se tient dans le sous-titre, c’est à dire dans rien.

  4. Ben, moi, des textes comme ceux-là, ça m’endort… désolé… et puis, j’aime pas la poésie qui fait semblant de « penser » ou d’être profonde avec certains mots-clés… Y a pas d’ mots interdits mais y en a qui utilisent certains mots pour se signaler tout d’ suite comme « poètes »… Si on regarde bien la poésie en général, on s’aperçoit que les mêmes mots reviennent sans arrêt parce qu’ils sont sensés charrier automatiquement de la poésie : âme, lune, etc. Moi j’aime bien qu’un type arrive à avoir l’air intelligent et profond en introduisant dans son texte : poubelle, frein à main, direction assistée… enfin, tout c’ qui n’est pas poétique « en soi »… 🙂

    • @ Monch : Je vous fais la même réponse qu’à Depluloin. Je n’ai pas de théorie poétique, les mots sont les mots ; äme et lune ne sont pas des injures ou des mots grossiers et s’ils existent, c’est aussi pour être utilisés, comme poubelle et frein à main. Et puis on peut aimer le camboui et l’aurore, la merde et le parfum des roses.Vous savez que je n’aime pas beaucoup les généralités, on tombe vite dans la caricature ; pour Lambersy, j’ai rencontré quelqu’un charmant, sans prétention et bon vivant. Avec des accès de mélancolie, parfois et beaucoup de questions. Et si je n’adhère pas toujours à tout ce qu’il écrit, il y a des choses qui me touchent dans sa poésie, comme dans l’homme.

  5. D’la même chose que monchien, ou à peu près…

    • @ Vinosse : Ah. Je ne sais pas quoi dire sur vos histoires de sous-titres, je ne suis même pas sûre de comprendre à qui cela s’adresse : à Lambersy, à moi ? C’est une généralité ?

  6. Le titre….. je veux bien qu’on m’en offre car actuellement je suis en recherche !

  7. Bonjour, ce poème ne m’emballe pas complètement non plus.
    (le hiatus du vers 3 me surprend, et l’ensemble est assez peu musical – à mon goût).
    Mais je crois savoir que c’est le style actuel … faudra bien que je m’y essaie un de ces jours…

    Je ne prétends rien quant aux miens, qui ont bien deux siècles de retard…

    Amitiés, Jean-Claude

    • @ Jean-Claude : En poésie contemporaine on ne versifie plus ou alors rarement. C’est ce que toi tu préfères pour ce que j’ai pu lire de toi. Mais on peut aussi aimer les deux. Comme on peut aimer le clavecin, le jazz et la techno. Il n’y a pas à choisir son camp, juste à se laisser porter par la curiosité, la découverte et la gourmandise. Ces deux extraits de Werner me parlent de quelque chose qui m’importe profondément – la fragilité, l’impermanence, et aussi cet indicible autour duquel je tourne quand j’écris. Et je suis loin de les trouver dissonnants. Mais j’entends que cela puisse être désagréable, morne, prétentieux ou incompréhensible pour d’autres. Je ne suis pas une théoricienne, je ne cherche à convaincre personne. J’ai juste envie de faire partager ce qui me parle, d’une manière ou d’une autre. Et je laisse chacun prendre ce qui lui convient. La poésie – pour moi – est un langage intime que je suis toujours en peine d’expliquer. Mes goûts sont éclectiques et cela me convient. Je ne peux pas mieux expliquer que cela.
      Ces vacances sont-elles agréables ?

  8. En poésie contemporaine, ne plus versifier est un must, n’avoir plus aucune idée de la poésie en est la conséquence: la rime ne fait pas forcément le poète, mais le vers lui est nécessaire.
    Comme dans l’art…
    Ceux qui le font, ne font plus rien, seuls ceux qui en parlent continuent de maintenir l’illusion, car c’est là leur fonction…
    Vous avez remarqué j’espère qu’on atteint plus vite la reconnaissance si l’on est salarié dirigeant d’un FRAC, plutôt qu’artiste confiné dans son art…. à l’ancienne…

    On reconnait le style IKEA, pas les fabricants…
    Les ébénistes sont au musée, le musée tient encore debout, mais pour combien de temps ???

    • @ Vinosse : La versification est aussi un corset dont on peut vouloir s’affranchir. Il n’y a pas de définition de la poésie, parce que la poésie est libre et se moque des boites dans laquelle on voudrait la compartimenter. Le poète est celui qui sait trouver ce rythme intérieur du langage et le faire partager. Rimer, ou non, ce n’est pas ça qui compte. Il m’arrive de versifier au sein même de la prose. Ce qui m’importe c’est le rythme, l’émotion, l’image, le sens… ce qui m’importe c’est d’où ça part et comment cela se transforme.
      Pour les dirigants de Frac, je n’en connais pas, je ne peux pas parler de ce milieu. L’érosion du temps, on n’y peut rien,Vinosse. Ce qui restera, nous ne serons pas là pour le voir et ceux qui nous suivront ont aussi à avancer et ne peuvent pas tout conserver de ce qui leur a été légué. Il a un moment où le devoir de mémoire rejoint le droit à l’oubli.

  9. « On reconnait le style IKEA, pas les fabricants…
    Les ébénistes sont au musée, le musée tient encore debout, mais pour combien de temps ??? »

    Génial. Et vrai.

    (Comme Vinosse n’est pas chez lui, il ne me dira pas « Ta gueule ».)

  10. Si je puis me permettre : mais que deviendraient nos chansons gauloises sans la rime riche? Rien, que pouic! Et la Marseillaise? et les manifs? Non, non… rimouaillons! rimouaillons!

  11. (Comme Vinosse n’est pas chez lui, il ne me dira pas “Ta gueule”.)

    Quelle réputation vous voulez me faire !!!

    On ne dit pas ça à n’importe qui, CB!

    Comme pour le « casse-toi, pauv’ con », on réserve ça aux grandes circonstances !!!!

  12. « @ Christophe : N’en soyez pas si sûr !  »

    Vous voulez affirmer quoi, FM ?

  13. Votre Cotinus & Aulx mélangés m’agace…


[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *