Cabotinage

droits réservés : F.Martin
droits réservés : F.Martin

 Il y a quelques années dans un article, l’auteur vietnamien Nguyên Huy Thiêp déclarait déjà qu’écrivain « c’est difficile dans tous les pays. Vraiment un métier de chien ! ».
Sans hurler avec les loups, ni même braire avec les ânes, il faut bien reconnaître qu’il y avait des voies plus sûres, recycleur de mégots, fée du logis ou écorcheur de merlans par exemple.

Il y a quelques jours à la radio, Andréï Makine énonçait en substance – parlons de l’essentiel puisque la télévision nous a débarrassés, nous autres écrivains, du souci de divertir. Parlons de l’essentiel car le monde est en train de devenir un grand cirque -.
Gageons qu’une partie des auditeurs concernés avait d’autres postérieurs à fouetter ce matin-là.

Et pourtant, quel avenir pour les écrivains, quand, à l’intimité du bureau où ils ont à livrer duel, ils privilégient le clabaudage des scènes ? Quel avenir pour les lecteurs si les livres n’existent que pour les flagorner ? Quel avenir pour le livre quand il n’est plus qu’un pense-bête ?

Oui, vraiment, un métier de chien ! Et on sait comme ça devient dur d’être le meilleur ami de l’Homme.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
error: Les textes et photographies sont soumis aux Droits d auteurs