Santa Maria de las Pacotillas et le sport

Chers lecteurs assidus, vous n’êtes pas sans savoir que sévit depuis quelques mois sur les ondes de Radio Campus, dans l’émission satirique et politique « Pas Plus Haut Que Le Bord », une certaine Santa Maria de las Pacotillas à laquelle on fait dire n’importe quoi. J’en veux pour preuve l’émission où elle s’est retrouvée avec une rubrique à laquelle elle n’était pas préparée : le sport. Et à quelques détails près, ça donnait cela …

¡ Hola Niños mios ! Si tu t’attends à des histoires de stades effondrés, de meurtres de supporters, de dopage en série ou de salaires proportionnels à l’égo, tu vas être déçu. Je vais te causer de la pratique du sport en France et de ses répercussions économiques et sociales. Car, dès qu’il s’agit de suer sous l’effort, la France adopte la position dite churchillienne : No sport.

Les conséquences en sont graves. Posons le postulat que le français est moyen par conviction, sinon il ne serait pas sondé aussi souvent. De par sa petite taille, il a tendance à devenir obèse. 40% de la population se dandine pour accéder au pèse-personne. Quatre millions d’individus ne pourraient plus y grimper sans le palan hydro-alcoolique de marque Scatoufaille.

Comment se fesse, vas-tu me demander, auditeur impudique ? Deux raisons à cette épidémie : l’absence d’activité sportive et la nourriture industrielle composée à 90% de gélatine, laquelle, tu le sais, est obtenue par l’ébullition prolongée de peaux à escarres et de muqueuses putréfiées. Et où se trouvent réunis ces deux facteurs ? Sur ce canapé Knislinge Ungerdrüd où tu ripailles à grands coups de bonbons Haribo et de houblon fermenté, à l’affût de ruptures cervicales, d’hydrocutions para-olympiques, d’émasculations au sabre et de l’étreinte huileuse d’un couple de Sumos.

Or, tu viens de passer ta semaine au bureau – car le français, outre qu’il est moyen est aussi employé de bureau ou alors c’est une ménagère de plus de cinquante ans. Après cette semaine durant laquelle ton cul a fait la preuve de sa solidarité avec les chaises, après ces trajets biquotidiens où tu as macéré en double file devant le bureau de tabac, la boulangerie et le sexy center, créant des bouchons qui contraignent les Etats à exproprier des pauvres pour te construire des autoroutes ; après toutes ces nuits où tu t’es plaint de souffrir du scrotum et du syndrome prémenstruel, que fais-tu Français Moyen ? Tu t’avachis pour pratiquer le seul sport dont ton noble pays peut s’enorgueillir, le levage de coude ! Tu lèves le coude pour boire, tu lèves le coude pour manger, tu le lèves pour fumer et rituellement faire un bras d’honneur aux arbitres ou à ta femme quand elle refuse de réchauffer ta pizza quatre fromages. La tendinite qui en résulte, associée à la brusque élévation de ton taux de cholestérol, creusent la tombe de la sécurité sociale. Il fallait que cela s