Parfois, aux alentours de minuit, certains ont de drôles d’idées et les appliquent. Quand ce ne sont pas des pervers, ce sont des huluberlus. C’est le cas de Franck Garot. Un jour de décembre 2008 – ou peut-être une nuit, mais nous n’en saurons rien – il écrivit ceci sur son blog :

 » Le 18 septembre 2007, Éric Chevillard ouvre son blog l’Autofictif avec ces deux phrases : « J’ai compté 807 brins d’herbe, puis je me suis arrêté. La pelouse était vaste encore. » L’auteur démontre avec cet aphorisme que tout projet de comptage s’avère épuisant et vain (compter les brins d’herbe, les fleurs, les juifs, les sans-papiers, les imbéciles, etc.). Déclinons sa proposition à l’infini : « J’ai rempli 807 seaux, puis je me suis arrêté. La mer était vaste encore. » ; « J’ai lu 807 livres, puis je me suis arrêté. La bibliothèque était vaste encore. » ; etc. On pourrait même créer un blog, qu’on nommerait « les 807 », et chaque jour, publier une nouvelle proposition… ».

Sitôt dit, le blog des 807 vit le jour. Et que croyez-vous qu’il se passa ? On afflua sur le site, on trépigna pour y proposer ses aphorismes, on se fût écharpé pour en être !  Soyons juste, la jubilation l’emportait sur le fanatisme littéraire. Qu’importe, dix mois plus tard, le 807ème et dernier aphorisme était en ligne, signé d’Eric Chevillard lui-même.

Franck Garot est un acharné en cours d’abstinence, il sait que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis et qu’accessoirement on serait bien en peine de les recenser tous. Après avoir refusé la publication des 807, voici qu’il l’accepte. Nous sommes donc heureux de vous présenter le premier ouvrage des inénarrables éditions du transat.

Le nombre inquiétant d’auteurs pour ce seul livre ne doit pas arrêter le chaland. Nous nous engageons massivement à venir vous le dédicacer lors d’un salon ou d’un G827 qui reste encore à définir. Un second volume est en cours d’écriture ici. Franck Garot ne voulait pas de suite, ou alors « sans lui » déclarait-il, c’est pour cette raison qu’elle existe et qu’il s’en occupe. Ecrivez-lui si vous souhaitez participer, il vous donnera les nouvelles règles du jeu.

En attendant, pour voir un peu de quoi il relève, on peut toujours consulter l’intégralité de ma participation, dont un court extrait s’impose : Les 807 derniers jours, elle se sentit patraque.  A vos risques et périls.

201 Responses to Les 807

[top]

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *