Les 807

Parfois, aux alentours de minuit, certains ont de drôles d’idées et les appliquent. Quand ce ne sont pas des pervers, ce sont des huluberlus. C’est le cas de Franck Garot. Un jour de décembre 2008 – ou peut-être une nuit, mais nous n’en saurons rien – il écrivit ceci sur son blog :

 » Le 18 septembre 2007, Éric Chevillard ouvre son blog l’Autofictif avec ces deux phrases : « J’ai compté 807 brins d’herbe, puis je me suis arrêté. La pelouse était vaste encore. » L’auteur démontre avec cet aphorisme que tout projet de comptage s’avère épuisant et vain (compter les brins d’herbe, les fleurs, les juifs, les sans-papiers, les imbéciles, etc.). Déclinons sa proposition à l’infini : « J’ai rempli 807 seaux, puis je me suis arrêté. La mer était vaste encore. » ; « J’ai lu 807 livres, puis je me suis arrêté. La bibliothèque était vaste encore. » ; etc. On pourrait même créer un blog, qu’on nommerait « les 807 », et chaque jour, publier une nouvelle proposition… ».

Sitôt dit, le blog des 807 vit le jour. Et que croyez-vous qu’il se passa ? On afflua sur le site, on trépigna pour y proposer ses aphorismes, on se fût écharpé pour en être !  Soyons juste, la jubilation l’emportait sur le fanatisme littéraire. Qu’importe, dix mois plus tard, le 807ème et dernier aphorisme était en ligne, signé d’Eric Chevillard lui-même.

Franck Garot est un acharné en cours d’abstinence, il sait que seuls les imbéciles ne changent pas d’avis et qu’accessoirement on serait bien en peine de les recenser tous. Après avoir refusé la publication des 807, voici qu’il l’accepte. Nous sommes donc heureux de vous présenter le premier ouvrage des inénarrables éditions du transat.

Le nombre inquiétant d’auteurs pour ce seul livre ne doit pas arrêter le chaland. Nous nous engageons massivement à venir vous le dédicacer lors d’un salon ou d’un G827 qui reste encore à définir. Un second volume est en cours d’écriture ici. Franck Garot ne voulait pas de suite, ou alors « sans lui » déclarait-il, c’est pour cette raison qu’elle existe et qu’il s’en occupe. Ecrivez-lui si vous souhaitez participer, il vous donnera les nouvelles règles du jeu.

En attendant, pour voir un peu de quoi il relève, on peut toujours consulter l’intégralité de ma participation, dont un court extrait s’impose : Les 807 derniers jours, elle se sentit patraque.  A vos risques et périls.

Cet article a 201 commentaires

  1. Les éditions du Transit!
    C’est chié…

  2. @ Vinosse : Arrêtez de pisser sur mon blog :0)

  3. Ça va pas ????

  4. Ah merde. Bon écoute, je lirai ton extrait, et peut-être que j’achèterai le bouquin parce que tu es dedans. Mais j’ai horreur de ce truc Les 807. Je trouve ça débile. Je trouve que l’aphorisme de Chevillard suffisait. Reprendre à l’infini, décliner sur ce nombre, même en hommage à Eric, ce n’est pas créatif.
    Koike t’es allée foutre là-dedans ? Ce sont les autres qui devraient tourner autour de l’extrait d’un de tes textes mon petit Soleil.
    (Bon je vais me faire flinguer, tout le monde ne jure que par ce groupe des 807, mais moi ça me troue les socquettes.)

  5. Bonjour Frédérique,
    Humour et dérision, voilà qui mérite admiration,
    au mépris du neurone échauffé, je m’en vais participer !

    A+ Jean-Claude

  6. @ Anna : Une seule règle, n’achète que les livres dont tu as vraiment envie. L’exercice était drôle, Franck Garot est un chouette bonhomme, je n’avais pas besoin d’autres raisons. En plus, il y avait des copains dans le lot. Voilà.
    Quant à moi, je n’écris pas d’aphorismes, donc aucune chance qu’un groupe se constitue autour de moi pour le réécrire :0) (Je suis tentée de dire : Monch, sortez de ce corps ! Vous allez pas vous y mettre à deux !)

  7. @ JCP : C’est une idée.
    @ Sophie K : Moi jamétapé.

  8. Rooooh, je savais même pas qu’il y avait une seconde tournée. J’avoue en avoir commis quelques uns dans la première (j’aime beaucoup les aphorismes). J’achèterai pitètre le livre, sais pas encore. Parce que 807 aphorismes, c’est fastidieux comme lecture. Pris un à un ils peuvent être marrants, les uns à la suite des autres pouf pouf, c’est étouffe chrétien, non ?

  9. Voici donc qui est fait, deux textes ont vu le jour, sous la forme poésie.

    Bon dimanche, Jean-Claude

  10. Transat intestinil ?…

  11. FM, j’ suis pas dans l’ corps d’AdS, je l’ saurais tout d’ même. Vous avez des formulations curieuses, j’ dois dire. 😀

  12. Ben alors, c’est la grasse mat du dimanche héhé!

  13. @ Zoé : Point du tout. Méga brunch en famille sous le soleil (exactement) avec crumpets et confiture de guines maison, thé vert et accessoirement quelques charcutailles à faire pâlir le gaulois.
    @ Monch : Je lis dans le transat et parfois j’aperçois l’avenir :0)
    @ JCP : Où ça ?

  14. @ Zoé : A lire comme cela a été conçu, trois par jour at pas plus (sinon, indigestion assurée).

  15. Ah! Les Afro-rismes ont enfin droit à la parole!

  16. @ Depluloin : Afrolument !

  17. Mais comme d’habitude, sur mon blog.

    J’ai expédié le 1°, « 807-1 » à Éric Chevillard, s’il est intéressé … mais la poésie ne fait plus guère recette de nos jours, ah ma pauvre dame, allez, tout fout le camp, tiens …

    A+ JC

  18. @Frédaime : tu lis dans mon avenir que Monch’ est dans mon corps ?

  19. @ Anna : Mes prédictions ne sont pas gratuites. Je consulte tous les jours par téléphone aux heures de bureau.

  20. @Anna: tu vois Anna, toi tu l’appelles ton petit soleil, et elle veut te faire payer des consultations au téléphone!!! Sur ce coup là tu vas te faire avoir!!!

  21. @ Babeth 31 : Il n’y a pas de petit profit (et en plus elle m’appelle petit soleil pour mieux me foutre un coup de bic dans le dos. Un bic bleu qu’elle a eu grâce l’ l’Annathon, c’est un comble ! :0)).

  22. Ah je suis fan (comme on dit sur facebook) mais je n’avais pas vu que vous aviez participé.

  23. Oh que tout cela est machiavélique!!!

  24. @FM. Vous êtes la petite-fille de M’dame Soleil ? Si vous êtes aussi fiable que votre grand-mère, on n’est pas rendus.

  25. Je hais le soleil.

  26. @Vinosse : j’ai beau relire votre commentaire de 4h32 pour la énième fois, je ne m’habitue pas et hurle de rire à chaque fois 😀

  27. @Babeth : Voui, tu as vu comment elle traite ses cire-pompes ?

  28. @ Babeth 31 : N’est-ce pas ?
    @ Monch : Arrière petite-fille :0)
    @Ramon : Ben c’est pas votre saison alors.
    @ Anna : Pour faire cire-pompe, va falloir réviser :0)

  29. Je ris, mais je ris, car non seulement je lis mais j’ai l’impression d’entendre!!!! Un pas de plus (j’hésite à le franchir) et je vais vous voir! J’crois bien que M’dame Soleil fait des siennes!

  30. Très chère Anna, je vous remercie pour votre extrême bonne volonté et pour vous remercier, j’inscris votre adresse dans mes liens…
    Juste avant celle de monchien !

    Dans l’attente d’un retour, je vous prie d’accepter mes plus sincères salutations !

  31. @Frédaime : Quoi ? Chuis pas au point ? 😀

  32. @ Anna : Il te faut un coach, je vois que ça :0)

  33. @ Dites Vinosse, dans cette liste hétéroclite, il y a une certaine mémé FM ! Vous auriez pas abusé du jus de glycine, vous ??? Mémé FM ! Faudra payer. C’est certain. Inutile de vous réfugier en Sicile. Vous avez un contrat sur la moumoute.

  34. C’est une radio du câble…

  35. @ Arf : Et pas qu’un peu. Vingt-six fois elle a récidivé !

  36. @ Vinosse : Ben mon colon… :0)

  37. Bon, ben, bonjour arrière petite-fille de m’dame Soleil…

  38. @ McComber : Certes, certes.

  39. Ah oui, je crois savoir qu’il coûte onze euros le bouquin. Autrement dit, ça me fera deux paquets de clope en plus.

  40. @ Christophe : Feriez mieux de lire au lieu de vous empoisonner :0) (en plus vous en êtes, non ?)

  41. Non, je rigole, je ne le pensais pas bien-sûr 🙂

  42. @ Zoé : Ah bon, j’ai eu trés trés peur, ouf :0)

  43. Oui, j’ai dû commettre un truc, un seul. J’en avais également tenté un deuxième mais je l’ai finalement gardé sous le coude pour, plus tard, m’apercevoir que quelqu’un avait fouillé dans mes carnets – c’est toujours pareil…
    Voici : « L’huître sent Sète. »

    En outre, j’ai commencé de lire le dernier roman de Chevillard, « Choir », puis, pour reprendre le titre, je lai laissé (…) au bout de quelques pages.

    Enfin bref, tout cela n’a strictement aucune importance.

  44. @ Christophe : Sans doute, mais c’est le plus long commentaire que vous ayez jamais laissé ici, alors je garde :0)

  45. Cheville, art, chevillard… trois raisons de ne pas l’ lire. 🙂

  46. « L’huître sent Sète. », un peu cochonne, non ?! Elle fait titre à la Poulpe.

  47. @ Gilles : En effet, je n’y avais pas pensé, mais maintenant que tu le dis :0)
    @ Monch : Je vous ai connu en meilleure forme :0)

  48. @FM. C’était trop tentant.

  49. IL faudrait inventer une vraie machine à écrire qui choisirait arbitrairement des lettres et les arrangerait au hazard en mots puis en phrases aléatoires et ça ne dirait rien de plus ou de moins que n’importe quel discours et on pourrait y lire ce qu’on voudrait HOUP ! AH ! …. On pourrait pour donner plus d’allure aux textes , imposer à la machine le réspect de quelques régles (mais à mon avis ce serait trop) .
    Non ! Simplement des lettres qui s’aggloméreraient au hazard et peut-être aprés quelques millions d’années de fonctionnement on obtiendrait une oeuvre prodigieuse qui nous révellerait enfin la vérité sur l’univers , mais sans doute n’y aurait-il plus personne pour lire ce livre admirable et cela serait sans importance ……. alors voila , j’ai déja commencé mon oeuvre ……

  50. *1) une démarche évolutive* :
    depuis 1 an, je suis engagé dans une nouvelle démarche d’évolution de
    mon verger ( 7ha SAU, 4 ha de pommiers), avec des choix clairs et des
    explorations rarement prises en compte :
    -*-agriculture inclusive *: on ne combat plus rien, on cherche à savoir
    ce que cela exprime et à en tenir compte
    — *agriculture systémique* : on raisonne « système » à divers niveaux
    ( l’arbre et son entourage proche / la parcelle / la ferme / le paysage
    et la zone/ la planète terre/ la relation au cosmos ), on prend en
    compte les aspects agronomique, écologique et physiologique , on
    travaille l’équilibre végétal / animal, mais aussi « émotionnel »(relation
    verger/ arboriculteur), « bio-énergétique » (travail du ressenti , de
    l’intuition, du sens )…etc
    — *agriculture « immunitaire » :* on cherche à ce que les divers êtres
    vivants et même la parcelle, et la ferme dans son ensemble ( et
    l’agriculteur !) puissent exprimer leur individualité, leur unité, leur
    essence et leurs qualités . *Qui dit unité dit imm-unité* : on sait
    maintenant que les plantes ont une immunité et des défenses naturelles (
    ainsi que les animaux et les humains) , je postule qu’il peut y avoir
    une immunité à l’échelle d’une parcelle, d’une ferme – d’un organisme
    agricole plus exactement-, comme la biodynamie le met en avant. Et
    heureusement, immunité à l’échelle de la terre entière !
    –*agriculture co-créative, *co-créative entre l’humain et la nature,
    en coopération avec les divers règnes du vivant (voir point 3)

    2) *en pratique (évolutive)*,
    j’ai donc 4 ha de pommiers , une peu de pêchers, poiriers, pruniers
    où le seul traitement est l’argile calcinée,
    où j’ai introduit des poules , des oies, des vaches ( l’hiver seulement),
    où je plante ou introduit des nouvelles plantes( dans des « jardins  »
    superposés sur les vergers) ,
    où je paille ( avec du foin) le pied des pommiers
    où j’ai des pommiers témoins ( « délégués ») suivis de plus près
    où j’utilise des « fleurs de bach », des « essences de Perelandra » et des
    préparats biodynamiques et travaille la question des inter-influences
    énergétiques de la faune et de la flore déja présente
    où j’explore la géographie énergétique et géobiologique du domaine
    où je considère la ferme comme un organisme vivant
    où je considère que mes propres compréhensions et relations aux êtres du
    verger, à la ferme et au lieu interagissent avec eux( « co-création »)

    3)*la pratique, l’observation, la science et l’intuition :*
    En plus de l’aspect analytique scientifique classique, de l’expérience
    pragmatique, je cultive et renforce mon côté intuitif avec la méthode
    dite du « conning » et des tests musculaires de kinésiologie. Je cultive
    mon propre instrument de ressenti, avec et au delà les 5 sens habituels.
    Le livre « jardiner avec les intelligences de la nature » ( Machaelle
    Small Wright, éditions-cocréatives) m’a donné la base que je recherchais
    pour avancer dans ce sens au delà de la bio et de la biodynamie.Cela
    rejoint ce que faisait Findhorn pour ceux qui connaissent.
    Les approches classiques m’aident à poser les bonnes questions, je ne
    préjuge pas de la réponse qui se veut une réponse co-créative et
    co-opérative entre l’agriculteur et la nature.( Je trouve les réponses
    en « coning » par le test kinésiologique)
    Ma prochaine étape est aussi d’apprendre à sentir ( avec le toucher) le
    « bio-champ » ou « corps énergétique » ou « corps éthérique » (selon les
    terminologies), à partir de l’interaction entre mon propre bio-champ et
    celui de l’être que je veux apprendre à mieux connaitre.( cf livre de
    Yann Lipnick, « les mystères de Gaia », édition Oviloroi)

    *4) premiers résultats ?*
    En un an, il est bien trop tôt pour tirer des enseignements;
    Toutefois j’ai apprécié : que côté insectes cela s’est très bien
    déroulé en 2009,
    qu’il y a plus d’oiseaux dans les vergers,
    que je n’ai pas sorti le tracteur entre les 2 récoltes à part pour
    dérouler les round baller de foin.
    Côté oidium et moniliose : satisfaisant. Côté tavelure : les variétés
    non résistantes génétiquement ont fortement exprimé la tavelure…Je
    pense et j’espère que cela fait partie du processus de guérison !
    Et surtout : je suis content d’aller bosser – ce n’est même plus du
    travail – , je découvre et explore plein de domaines passionnants.

  51. @ Vinosse : Vous comprendre aisément que je ne saisis pas tout de ce que vous partagez là, mais certaines techniques et produits ne me sont pas inconnus (fleurs de bach, kinésiologie, bio énergie…). Vous donnez envie d’aller visiter votre verger en vous écoutant raconter vos choix, vos expériences, vos convictions et vos rechecrhes. Faites-vous ce genre de visite ? Si vous vendez des plants pour les potagers, je suis preneuse. Merci Vinosse, l’échange reste ouvert, car cela m’interesse au plus haut point.

    @ ZOE : Cela ne me revient pas, mais il me semble que cette idée a été explorée dans un bouquin. Si quelqu’un se souvient…

  52. Vinosse a avalé un bouquin écrit en volapuk.

    Ah ouais, j’ai oublié de préciser que j’ suis sourcier ! 😀

  53. Pfffffff…
    C’est pas moi qu’ai écrit ça!
    Je le livre pour info, parce que c’est des trucs qui se passent actuellement et qui, perso, pour certaines me font sourire…
    On y est assez proche de l’esprit magique, de la chapelle, du « plus près de toi mon dieu », du croyez en moi, je me charge du reste…

  54. @ Vinosse: On cite ses sources quand on fait un emprunt ! Et on le signale, je ne peux pas deviner qu’il s’agit d’une citation. Je suis cependant toujours interessée par les recherches et les tentatives pour sortir du tout intensif. (vous chercheriez pas à me faire passer pour une andouille, des fois, après m’avoir traitée de mémé :0)).

  55. Frédérique, vous êtes trop susceptible!
    Sortir de l’intensif, cela se fait chaque jour mais sans chichis… Tandis qu’ici, on rajoute une part d’irrationnel (le lien entre la ferme, les cultures et le cultivateur qui pense) qui risque de faire sombrer ceux qui s’y livreraient dans une sorte de démence hallucinatoire…
    Il est sûr que le paysan influence par son action son environnement, mais de là à créer un psycho-lien entre chaque participant…

  56. Au départ j’ai voulu poser mon truc chez Zoé, son blog me l’a refusé car trop long, j’ai ôté le titre et la signature mais ça n’a pas suffi…

    Voilà l’explication finale, je l’ai gardé dans sa seconde version!

  57. Diantre, andouille, mémé, on se bombarde au superlatif ici !

    Et … et pour le 807 alors ?

    Les pousses de bambou sont presque à point, alors je vais tout vous dire sur la très remarquable culture du bambou, puisque le sujet dérive vers les vieux jardins du monde, qui me virent naître, dans un pied de cèleri m’a-t-on affirmé – on ne choisit pas.

    Pourtant le bambou ne va pas de soi (de Chine) savez-vous : il y a dans ses façons quelque chose du retraité : ça ne pense à rien, même plus à reproduire (fatigant, ça…), et ça vous fait des graines au siècle nouveau, pas avant ! (là, c’est foutu pour un bon moment…).

    Aussi, son prix est élevé, car on doit couper ses gros orteils en quatre pour les planter dans une terre tendre et un peu humide, car en romantique des vieux temps, il affectionne la tendresse et les larmes, un délicat je vous dis…

    La fin du mois d’avril étant venue, on sectionne au ras du sol la tendre pousse, et on la cuit avec sucre et sel une bonne heure à la cocotte minute, après l’avoir épluchée (ça fait très mal). On le déguste ensuite en vinaigrette comme les asperges, ou bien on le cuisine à la Chinoise (mais ça, c’est compliqué).

    Et c’est le printemps venu que l’on reconnaît, à la mine ridée, au teint jaune et à l’esprit éteint, ceux qui ne savent rien du bambou – et n’en consomment pas. Car cette altière graminée – c’est méconnu – renferme l’élixir de vie suprême : riche en supravitamines d’ordre 6 (l’ordre le plus élevé !) il offre jeunesse et vie séculaires, ventre plat et cervelle pleine à qui s’écarte des sentiers battus de la diététique traditionnelle, pour s’intéresser à sa tige pointue.

    Oui, alors donc, le 807, dites-vous …

    JCP

  58. @ JCP : Vous êtes en pleine bourre, comme on dit :0)
    @ Vinosse : Susceptible maintenant ! Mais vous avez des tendances suicidaires, vous, je vois que ça. (et vous dites comme ça, mine de rien, que c’était un commentaire pour chez Zoé, qui n’en a pas voulu, alors, zou, on le met chez frédaime, qu’est tellement GENTILLE, qu’elle prend tout.) Vinosse, rendez vous au chant du coq sur le pré communal. On va régler ça à l’ancienne, c’est une question d’honneur. J’amène les verres, vous vous pointez avec le carafon. Je vous le joue au merlot ou au pinot noir.
    (Ah oui, et puis évitez de poser vos trucs n’importe où, ça ne se fait pas.)

  59. La bourre est enfant de bohème, et autres sortes de déconnades…

    A+ JC

  60. @ Du trés grand JCP, à fond les manettes, sur les starting blocks. Vous, je vous attends au tournant ce jeudi :0)

  61. Moi , j’aime bien la Démence Hallucinatoire « Démentia hallucinatoiria » , c’est une sorte d’herbe folle trés jolie .
    J’en cultive chez moi . J’en fais des tisanes avec un peu d’herbe à chat-chat-chat …. et je danse ! toute la nuit …
    Surtout les nuits de pleine lune (mais ma lune est toujours pleine) et je chante ! … Hé oui ! nous sommes bien peu de chose …. alors autant en profiter . (ce texte est un extrait de : « ma philosophie sans peine »)

  62. Frédéric
    Crotigné
    35 580 Guichen
    (17 ans d’arbo bio, orientation biodynamie, ingénieur agro )
    texte transmis à la commission arbo de l’Itab, à l’association PEUV ( pour l’Emergence d’une Université du Vivant), au groupe « expérimentation
    avec le vivant » et à arbobio ouest…

    C’est réparé…

    Frédé: je ne réponds pas aux provocations au rouge piqué le matin…

  63. Ah j’ai cru un instant que Vinosse ne plantait pas que des pommiers! Ouf!

  64. Je viendrai quand même, il est un moment où l’on doit payer le prix de son impertinence…

    Je suis encore dans les 807, mais je cherche un autre thème apte à ce genre de délire…sans trouver encore.

    A+ JC

  65. @ En garde Vinosse : FrédériQUE (votre compte est bon) :0)

  66. J’comprends plus rien!

  67. Euh… c’est quoi les huit sans sept ?…
    Quelqu’un m’explique siouplaît ?…

  68. @ Vinosse : C’est parce que vous avez écrit mon prénom comme celui d’un garçon. Bon allez, ça fait rien, on se repose. :0)
    @ Monch : Vous savez qu’au-dessus des commentaires, il y a un billet appelé les 807 ? :0)

  69. « Frédéric Crotigné »

    C’est le nom de l’auteur du cidessus texte!

    Ahhhh…. chère éfème !

  70. @ Vinosse : Cher Vinosse, je me répands en excuses. Je suis sous la tonnelle (à la lueur des lampions) depuis trop longtemps, ma comprenotte en a pris un coup. Finalement, ce surnom de mémé, est-il encore libre de droit ? Ne serait-il pas temps pour moi de l’adopter et de me mettre au crochet ou aux parties de sept familles… Je vais consulter ma voyante à ce sujet (dès que je retrouve mon déambulateur). Halalalalala, zêtes trop bon de continuer à me fréquenter.

  71. Un billet ? Quel billet ? On m’explique jamais rien à moi…
    Et pis, Vinosse, arrête de taquiner FM qu’a plus toute sa tête d’puis qu’elle fréquente des écrivains d’ chez Minuit… 🙂

  72. @Frédérique: attention car à Toulouse, « même les mémés aiment la castagne »! Le rouge piqué va-t’il suffire?

  73. @ Monch : Qu’est l’heure du crime ! Eric chevillard ne me connait pas. Il manque quelque chose (vous reprendrez bien du melon, il m’en reste, j’ai peur qu’il pourrisse) :0)

    @ Babeth 31 : Il y a des mémés d’exception qui confirment la règle ! (et deux tranches, deux !)

  74. ça c’est un jeu qu’il est rigolot ! Conjuguer les initiales ….
    F.M : Héé ! Femme !!! Elfe Aime euh …. et fait Meuh !!!
    Bon , d’autres initiales , H.P par exemple … et bien moi H.P ça m’a toujours fait penser à Horse Power c’est fou ce truc ! …. J’adore cette expression : Horse Power ! ça me fait réver , Horse Power ! For Ever ! HPHPHPHP : hygiénique papier ? nettoyé en H.P ? Ben merde alors !!!!
    Mais non ! H.P : Horse Power !!!!!! J’addÔÔÔÔreu !!!!!!

  75. @ Babeth : cette phrase du grand Nougaro m’a toujours fait rire. Surtout pour sa recherche de la rime!

    @ Frédérique : Ça peut se dire : j’aime pas trop Chevillard? Ou c’est dangereux?

  76. @ Depluloin : Vous ne risquez rien, vous êtes en zone libre :0)

  77. ça se passerait sur une île et il y aurait 807 personnages et une petite chanson idiote et alors ……. et alors ? …..
    En fait ça m’est égal ce qu’il se passerait et ce qu’il adviendrait de ces personnages . Tiens ! j’ai inventé une machine à psy-canaliser . C’est hyper-marrant comme machine et ça marche bien . Bon , je garde ça pour moi . En fait je me demande si c’est vraiment moi qui l’ai inventée en premier ? …..

  78. En fait , la machine à écrire aléatoire ne pourrait jamais écrire quoi que ce soit qui aurait une signification .
    Pourquoi ? Je vais prendre l’exemple du jeu avec des bouts de phrases ou alors l’exemple de l’ecriture automatique …. Et bien en fait ce qui s’écrit n’a aucun sens même s’il arrive que cela puisse en avoir un . Autre exemple : les lapsus révélateurs , en fait ne révellent rien . ILs ne disent rien . On peut croire qu’ils disent quelque chose de cacher qui se révellerait là inconsciemment à travers le hazard , mais c’est faux puisqu’on n’y trouve rien d’autre que ce qui était déja en nous et qu’on croit alors découvrir là , mais on l’y met nous même à postériori . La machine aléatoire c’est pareil et même si elle réécrivait la bible ou l’annuaire téléphonique et bien en fait ce ne serait pas la bible ni l’annuaire , mais on y verrait la bible ou l’annuaire , mais il n’y aurait rien . Donc je dis que cette machine à écrire aléatoire ne marche pas .
    Voila ! C’est fou ce truc …..

  79. Depluloin, vous n’aimez pas un fou littéraire, ça m’étonne ?

  80. @ ZOE : Arrêtez ça. Merci.

  81. Il est pourtant si charmant de s’adonner à la douceur mathématique, qu’aucune matinée de printemps ne saurait égaler, tendre et embaumée des plus suaves senteurs soit-elle…

    Sinon, Éric Chevillard ne m’a pas répondu, je continue son oeuvre en faisant miens ces modestes prolongements … quitte à changer plus tard de nombre s’il s’y opposait.

    A ce soir, JC

  82. @ JCP : Eric chevillard ne vous répondra pas, ce n’est pas lui qui s’occupe des 807, c’est Franck Garot, qui est vraisemblablement en déplacement pour l’instant. Les 807 sont une forme d’hommage à l’auteur Eric Chevillard.

  83. C’est noté, ceci m’avait échappé, merci.

    JC

  84. Hommage à Chevillard ?… Il est mort ? Le pôvre ! Bah…, c’est la vie !… 🙂

    @FM. Vous mis deux « s »… Fatiguée ?…

  85. Bon, faudrait se r’mettre au boulot…
    Un peu…

  86. @ C’est corrigé, Monch. Quel oeil !
    @ Vinosse : Et vous croyez que je faisais quoi ce soir ? Atelier d’écriture, retour 22H00. Plus de jus (de glycine ou autre)pour faire un billet.

  87. Monch’, foutez la paix à Frédaime elle est crevée la chatonne. Ne m’obligez pas à sévir…

  88. Vinosse, votre dernier article date du 22, celui de Frédaime du 24, alors en mineur les basses voulez-vous ? Ne m’obligez pas à sévir avec vous non plus…

  89. @ Anna : Oh oui, suis toute crevée. Elle est mignonne Anna quand elle me défend, vous trouvez pas ? Moi j’trouve :0)

  90. Ahahahaha, je rentrerai désormais tous les soirs à 22H00 pour que ma copine Anna, elle puisse sévir. C’est bon le sévice !

  91. @FM. J’ savais pas qu’ vous travailliez ce soir…
    @AdS. Mêlez-vous d’ vos affaires, FM est assez grande pour savoir quoi répondre… Dites tout d’ suite que vous la prenez pour une idiote ! Honte sur vous !

  92. @Frédaime : déconne pas je vais pas t’attendre tous les soirs jusqu’à 22h, espèce de Pomponnette, je suis un bonnet de nuit, moi…
    Insomniaque, va ! 😀

  93. @ Anna : 21H30 ?
    @ Monch : Idiote ? Pas du tout ! Anna de Sandre me connait mieux que ça :0)

  94. C’est bien ici. On y est pas agressé pour les prunes par des casse-bur…
    Enfin bref.
    C’est bien, ici.
    :0)

  95. @FM. On m’y r’prendra à monter au créneau pour vous défendre !
    Bon, un p’tit lien qui a l’avantage de faire entendre un poème. C’est en amerloque mais la musique y est. Et puis, WC Williams, j’adore… Son » Patterson » est traduit chez Corti— sinon, il existe la vieille édition Flammarion.

    http://www.poets.org/viewmedia.php/prmMID/19911

  96. Pendant que vous vous allumiez hier soir, je me suis énervé vers un type qui ne comprenait pas pourquoi il était pour moi, plus qu’idiot de mettre le mot « résilience » à toutes les sauces, détournement de sens juste à propos ne servant que la démagogie des verts et autres écolos de circonstance!
    Après Cyrulnik qui en a fait son beurre en l’utilisant à mauvaise encontre (un écrasement psychologique dans l’enfance prive à jamais l’individu de son lui-même originel, donc contrairement au métal ne recouvre en rien des capacités virtuelles ), lui inventant une nouvelle interprétation: une faculté de rebond, et bien on a dans la nature, pour ou contre elle, des gens décidés à ce servir de ce mot de résilience pour combler leur vide argumentiel …
    Nous sommes entrés en Résilience !!!!
    Vous avez pas fini d’entendre cette formule vide de bon sens !

  97. J’adore les scènes de ménage! Pouvez pas monter d’un ton? voire de deux ou trois? 🙂

  98. @ Monch : Défendez moi quand je suis attaquée (et puis me traiter d’idiote, en faisant croire que. Bon, hein ?!)

  99. @ Sophie : Tu t’es fritée avec qui ? Ici, le premier qui agresse est passé par les armes :0)
    @ Vinosse : C’est quoi c’est histoire de résilience à la mode écolo ?
    @ Depluplu : Une scène de ménage, comme vous y allez ! On s’entend comme larrons en foire (vous connaissez ça, les larrons, non ?)

  100. Résilience, ce mot connait un franc succès depuis que B.Cyrulnik l’a mis en scène en le détournant de son sens originel!
    Alors de petits futés (pas tant) se sont pris de goût pour lui au point de le semer dans leur discours enjôlant pour pouvoir convaincre les foules, ou sa voisine de table au resto végétarien, pour parler du mouvement écolo, entré en « résilience », dame nature tenue dans leur main peu calleuse, le tout devant faire savoir à la population de quoi il est question!
    Sur Wiki, beaucoup se sont acharnés à le mettre à toutes les sauces, mais demain il va prendre la suite dans les discours politiques des: « agriculture durable » et autres joyeusetés comme aussi « déjanté » dans la critique artistique actuelle…
    On en est là, du moins moi je pense comme ça étant depuis longtemps soucieux de décortiquer les langages à la mode, les effets de paroles comme on en trouve dans le milieu écolo.
    Son homophonie avec « résistance » en est surement la cause, mais des bourins ne veulent pas le reconnaitre au point, comme hier soir, s’en prendre à moi en m’accusant de vouloir régler des problèmes personnels en dénonçant cette langue de bois…
    Tu vois le tour de passe passe de ces orgueilleux imbus de leur ignorance. Et pourtant, sortant d’un milieu « éduqué » genre bobo, ils se font fort d’émailler leur théories de citations obtuses, de noms propres, de sous-entendus (t’es un sot, pas moi!) sauf que moi je vis dans les champs depuis ma naissance et n’ai jamais entendu les plantes me parler ni interagir avec les hangars pour me porter la poisse! J’aurais pu mais ce n’aurait été qu’une vue de mon esprit, mais pas un fait mesurable.
    Et pourtant ces cons m’assènent ce genre de découvertes…On serait en 70/75 je penserais qu’ils prennent de l’acide vu qu’à l’époque on entendait des discours similaires.
    Je prends date toutefois: dans peu de temps « résilience » va apparaitre dans les slogans politiques…

  101. @ Vinosse : Tu t’es frité toi aussi ? Au même endroit que Sophie k ?
    Je ne vois pas ce que résilience pourrait bien vouloir dire dans ce cas précis. Déjà, je ne l’utilise pas dans le sens que lui donne Cyrulnik, en fait c’est un mot qui ne me dit pas grand chose. Le problème, c’est d’utiliser le langage en le dévoyant, plutôt que se mettre au boulot (dans le jardin, dans ses relations, en politique, dans la vie…) Cela porte un nom : blablater.

  102. Hi-hi-hi… Nous les filles… on s’est fritées…

  103. @Vinosse : y’a qu’avec des belges qu’on peut se friter ?

  104. @ Anna : Hou la la, déjà qu’ils sont à deux doigts de la crise, nos amis belges, s’ils passent par ici, on n’a pas fini d’entendre leur accent. Il va falloir que je m’invite en Belgique pour aller vérifier sur place ces histoires de frites, de moules et de vin de Moselle.

  105. Sans commentaire! Hihihihi!!!!!

  106. Chère Fred Aime, j’ai le souvenir d’un com chez l’amie Sophie, genre, elle met trois mots en ligne et elle récolte 153 com sans se fatiguer. Ben, z’avez bien pris du poil de la graine!!! Toute la cour de la forgeronne s’est installée sous votre tonnelle. Combien de cadavres ? (Je parle des bouteilles vides naturlich). Et même les commentaires à moi destinés mais trop longs pour mon blogger (qui me saque les miens aussi quand ils dépassent une certaine norme inconnue) sont venus prendre racine chez vous. Merci pour eux.
    Fatiguée par les ateliers et pas le temps d’écrire, plus de jus (de glycines)? Moi, pareil.

  107. @Frédaime : si t’y vas pas trop tôt, je viendre avec toi. J’voudrais vérifier s’ils savent faire à bouffer, les belges.

  108. Ahhhhhh Une carbonade à la gueuse….

  109. @ Anna : Oh oui, une virée dans la belgitude à deux. Je t’attends.
    @ Zoé : Ben quoi, tu ne le sais pas encore. Je suis GENTILLE, j’abrite les Sans Blogs Fixes, le temps que Sophie K reprenne du service. Ensuite… on ne sait pas. Faudrait pas que les petits s’égarent, ce serait la galère pour les retrouver. D’ailleurs la Forgeronne passe régulièrement vérifier l’état son troupeau pour préparer la grande transhumance d’automne. On se tricote des vestes en poil de yack et on a des outres en peau de chèvre (pleines de gnôle pour lutter contre le froid).

  110. @ Vinosse : La recette, la recette !

  111. Je l’ai directement grâce à mes amis belges qui chaque année m’apportent de la bonne bière de chez eux. Si Vinosse te donne pas la recette fais-moi un signe!!

  112. Mouahahahahahahaha !
    Me vlà chef de bande. Misère. :0)))

    (Figure-toi que cet hiver, j’ai récupéré le manteau en peau de chèvre pur jus hippie que ma maman portait dans les seventizes. On m’entend pas arriver, mais on le sent, kua.)

  113. @ Sophie : Une photo, une photo ! (viens pas me voir avec ce truc immonde sur le dos). Dis, tu me les prêtera tes agnelets, quand t’auras repris du service ? Non, parce que ça va être tout vide ici, sans eux :0)
    @ Babeth 31 : J’aurais dû m’en douter. Quelle est la recette que tu n’as pas ? :0)

  114. Mais on va pas te quitter, Frédé, on est pas comme ça… enfin comme certains…
    La recette des carbonades est TRES connue, sauf que je sais pas si c’est indiqué de les faire à la Gueuse!!

  115. @ Vinosse : C’est ce qui s’appelle se défiler :0) Babethethethetheth ! Montre lui ta recette :0)

  116. Ingrédients (pour 3 personnes) :
    – une noix de beurre
    – 500 g de carbonade de boeuf
    – 2 oignons
    – 4 tranches de pains d’épice (sans morceaux de sucre)
    – 50 cl de bière de table (ou de Gueuze)
    – sel et poivre

    Préparation :

    Faire revenir dans une casserole la carbonnade de boeuf, lorsque les morceaux sont saisis, déverser la bière et ajouter les oignons coupé en lamelle.

    Saler, poivrer et laisser mijoter à couvert 1/2 heure.Ensuite, placer les tranches de pain d’épice sur la préparation (sans les casser ni les mélanger) et laisser mijoter à petit feu pendant minimum 1h30.

  117. Version plus élaborée:

    Préparation : 30 mn
    Cuisson : 3h

    Ingrédients (pour 4 personnes) :
    – 1 kg de boeuf maigre à braiser (paleron, gîte, hampe, etc …)
    – 1 à 2 cuillères à soupe de cassonade
    – 1 bouquet garni
    – 1 litre de bière brune (Pelforth brune pour un goût délicat, ou Leffe Brune pour un goût plus sucré)
    – 400 g d’oignon
    – 250 g de lard fumé entier (pas des lardons sous vide)
    – 5 à 7 tranches de pain d’épice (si possible maison)
    – un morceau de beurre
    – sel de Guérande
    – un peu de moutarde
    – 1 cocotte en inox ou en fonte emaillée avec couvercle

    Préparation :

    Couper la viande en cube de 2 à 3 centimètres de côté. Découper grossièrement les oignons et couper le lard en gros lardons. Faire fondre le beurre et faire suer les oignons dedans 10 minutes pour les
    ramollir (feu au mini à couvert). Ajouter le lard en augmentant légèrement le feu , remuer régulièrement en essayant de garder couvert le plus possible.

    Une fois le lard bien rose, retirer le tout (sauf le jus) et le réserver dans un plat.

    Mettre le feu au maxi et mettre la viande dans la cocotte, remuer
    régulièrement (ne pas couvrir), la viande doit se colorer de tous les côtés, elle va finir par rendre pas mal de jus. Retirer la cocotte du feu, mettre la viande dans un plat en conservant le jus dans la cocotte.

    Diluer la cassonade dans le jus de viande et mettre sur le feu à fond pour le réduire de moitié. Une fois réduit, mettre le feu au mini et remettre le mélange lard-oignons en le mêlant au ‘sirop’, ajouter la viande et re-mélanger, ajouter le bouquet garni et recouvrir de bière entre (80 cl et 1 litre), saler très légèrement.

    Recouvrir délicatement toute la surface avec le pain d’épices ‘moutardé’. Laisser mijoter à couvert 3 heures sans remuer, tant que le pain d’épices n’est pas fondu (retirer le bouquet après 1 heure ou 2 maxi).

    En cours de ‘mijotage’, rectifier l’assaisonnement si besoin.

    Si après trois heures, le jus est encore trop liquide, laisser encore
    mijoter en laissant le couvercle en partie ouvert, la sauce doit être légèrement collante en surface mais bien liquide en dessous et ne doit surtout pas brûler au fond.

  118. @ Vinosse : Ouah ! La seconde, sans hésitation. Promis, je l’essaie et je te tiens au courant (ça va plaire dans ma chaumière ce truc, je le sens). Et ça se sert avec quel légume ?

  119. Ben ouais la seconde, y’a pas photo !

  120. @ Anna : Regardez qui est arrivée par l’odeur alléchée :0)

  121. Tu me connais, Frédaime ! On me récite une recette de cuisine et je me sens toute chose 🙂

  122. Et si en plus, c’est un brun à fort pif, alors là :0)))) (mais comment vous faites tous pour mettre des petits trucs jaunes qui se marrent ?)

  123. Bien sûr que c’est la seconde la meilleure! Elle se sert avec des pommes de terre en robe des champs; du moins est-ce ainsi que je l’ai dégustée.
    @Vinosse: chapeau bas Vinosse, vous êtes très généreux de partager ce plat exquis avec les auvergnates!
    @Depluplu: A taaaaaaaaable!!!!!!

  124. J’entends courir dans le lointain, des petits pas précipités qui se rapprochent. Mais, mais, c’est… oui c’est lui… Pluplu et son petit bavoir :0)

  125. @Frédaime : à ben là c’est parti pour trente ans de vie commune 🙂

  126. Mais c’est graaaaave! L’est pas encore arrivé!

  127. @ Alors Monch, on s’amuse bien avec le clavier ?
    @ Anna : Eux deux, je les adore !
    @ Babeth : Me demande si… il serait pas attardé tout court ? :0)

  128. @FM. Hier, j’ faisais des commentaires dont aucun n’a franchi la frontière… j’ vérifiais que le pont était rétabli.

    @S&G. Les deux nazes de la chansonnette commerciale à message de mon tûûûûuût ! Plus nul que ça… Y m’ rappellent tous ces connards de baba cool de bonne famille, pull en laine tricoté à la main. Beeuuurk !

  129. @ Monch : Je n’ai aucun commentaire de vous bloqué ou que ce soit. Ils ont l’air de s’être perdus. Et là; j’écoute Cat Stevens, suis sûre que vous l’adorez lui aussi :0)

  130. Les chiens ont vraiment de la merde dans les oreilles, y’a pas à dire. 😀

  131. @ Anna : et des goût de…X0)

  132. @FM. Cat Stevens est une daube à barbe. Il a pas attendu sa conversion pour être un con.

    @Anadieu. De la merde dans les oreilles, c’est possible, mais pas n’importe quelle merde. Que d’ la merde qui vaut la peine ! 🙂

  133. J’ suis tombé sur le Club des Adoratrices des Branleurs de la pseudo-folk pour bobos retraités ! Misère de misère ! Aaaaargh ! 🙁 🙁 🙁 🙁 🙁

  134. @ Ouais Monch, on vous le confirme. Pouvez rajouter les Beattles, c’est le minimum syndical :0) Je propose qu’on parte tous les trois on the road, pendant un ou deux mois, histoire de vous éduquer l’oreille. Vous imaginez ça, nous devant, la radio à donf et vous derrière, reprenant en coeur avec nous :
    My Lady D’Arbanville
    Why do you sleep so still?
    I’ll wake you tomorrow
    And you will be my fill,
    Yes you will be my fill
    Et si vous dites encore du mal de mes chanteurs favoris, je vous lave la bouche au savon de marseille :0)

  135. @Monch’ : nan j’aime pas Stevens non plus.
    Quand à S&G, pseudo folk mon cul ! C’est de la pop mon cher. Avec des accents un peu folk, certes, mais de la pop quand même. :p

  136. @Frédaime : nan pas question, les chiens en bagnole ça pue. Dans ton jardin d’accord, je veux bien. Les Beatles il va en péter à mon avis, hinhinhin. Alors que Paul par la suite a fait son génial Tug of war. Tu as raison, toute une éducation à faire 😀

  137. @ Anna : Ben oui, toute une éducation et à plusieurs niveaux ! On lui achètera un bon shampoing pour chien, un collier anti puces et quelques os en nerf de boeuf pour l’haleine. Ce sera une super virée, on fera plein de photos, on dormira à la belle étoile. Monch nous gardera :0) On écrira un bouquin à trois.

  138. Nooooooon !!!!! pas les Bîîiîiîiîiîîiteulllllsssss !!!!! Nooooooooooooooooooooooooooooonnnnn ! Quelle HORREUR ! Même Lennon en disait du mal. Y trouvait qu’ c’était d’ la daube !!! Lennon, j’aime beaucoup… D’ailleurs, v’là uen chanson sublime de Lennon. Les S&G, les Cat, les Mc Cartney peuvent aller se faire foutre après ça.

    http://www.youtube.com/watch?v=zZ89B1WUzVM&feature=related

  139. Quelle tristesse….

  140. @Frédaime : mouahaha ! C’est un alléchant programme.

  141. @ Monch : Si. C’est comme ça.
    @ Vinosse : N’est ce pas ? On lui fera de la carbonnade, un soir.

  142. @Anedieu. Pour ça que j’ parlais de pseudo-folk… faudrait pas m’ prendre pour une poire. J’ vous en ficherai des « certes » ! S&G, chanteurs pour minettes étasuniennes… Quant au Paul, que du bran insipide. Crin-crin pour adolescentes. Plus creux qu’ lui, j’ connais que Clo-clo. J’ suis sûr que vous aimez ça aussi.

    @FM. J’ mont’rai jamais dans vot’ bagnole. J’ tiens à mes oreilles. Et si en plus y a la Déiste qui braille ses « poperies », là c’est certain que j’ fais le grand détour.
    Les carbonnades, chère effaime, j’ les ai faites aujourd’hui. Pas b’soin qu’on m’ les fasse. Je m’ débrouille tout seul.

    La première (ou l’ premier) qui dit qu’il aime Genesis, j’y fais bouffer son clavier !

  143. @ Monch : Mais c’est qu’il est en pétard ! (Hé, dites, vous m’avez piqué ma recette, là, ou je rêve ?)

  144. @FM. J’ suis pas en pétard ! J’ balise le terrain !
    J’ vous ai rien piqué du tout !!! Vous croyez avoir inventé les carbonnades ?… Non de dieu de non de dieu ! Kesske j’ dois pas lire !!!!

  145. @ Monch : Mais vous arrêtez un peu de couiner sans arrêt. Mais c’est dingue ça ! Vous allez user la touche du point d’exclamation à force de taper dessus comme un forcené :0) Allons Monchounet, venez là que je vous brosse dans le sens du poil, ça va vous mettre de bonne humeur :0)

  146. @FM. Y a pas à dire, si savez parler aux chiens, vous !!!!!!!! 🙂

  147. Fred arrête de me faire rigoler, j’ai la dentelle de Calais qui baigne 😀
    Monch’ désolée. Je n’aime pas Genesis mais je ne crache pas sur deux trois tubes de Peter Gabriel ou Phil Collins. (Ah si, Genesis j’aimais bien Mama à une époque.)
    Mon clavier est assez large ; venez grand fou, on va bien rigoler.

  148. @ Anna : Alors cette côte de boeuf et ses fraises, sont bonnes ?

  149. @Frédaime : toi, ta g… 😀
    (la côte était décevante)

  150. @ Anna : C’est souvent comme ça, on en attend trop. La plaine est mieux :0) (Tu t’es trompée. Ta g… c’est pas pour moi).

  151. @Frédaime : réécrit ton smiley en enlevant le nez pour voir ? juste les yeux et le sourire, avec les deux points et la parenthèse droite sans espace…

  152. Merci pour l’article Frédérique. Dis donc, on se croirait chez passou ici…

  153. @ Franck : Vraiment ? Mais qui est passou ? 🙂

  154. Bééééééééé 🙂

  155. J’ai réussi, moi aussi :):):):):):):)

  156. Presque…. beuhhhhh

  157. Le dimanche matin, FM est jamais là : elle fait ses prières ! Raaah la la la la la la la la… 🙂

  158. @ Monch : Le dimanche matin, je paresse, puis je brunche en famille, je prends mon temps. Par contre vous, je vois que vous rentrez de la messe, ça vous inspire 🙂

  159. Je précise, Frédaime, qu’avoir la même ambiance au niveau des commentaires que chez Passou n’est pas un compliment :;

  160. Zut jagourache mo smiley 😉

  161. @ HESSE : Vraiment ? Je ne vais pas chez Assouline, j’ignore donc quelle est l’ambiance. Elle est plutôt bonne ici, non ? Je ne vois pas ce que Franck à voulu dire, dans ce cas.

  162. Et bien les commentaires sont souvent hors-sujet, ou comme des chats privés, voire envahis par des tarés et des trolls.

  163. @ Hesse (cousine d’Herman ?) : Ah ben alors oui, c’est comme ici 🙂

  164. @frédaime : ah ces visuels, faut tout leur expliquer : lis mon pseudo à haute voix et tu entendras mes initiales, banane ! 😀

  165. @ Hesse : Tu me sous estime, ma cocotte, j’avais compris. Mais ce Hesse, hein, à moi, il m’évoque Herman.

  166. Ouais, moi aussi je t’aime.

  167. Adey Hesse devrait se faire embaucher comme publicitaire chez Citroën, ils viennent de sortir une nouvelle DS!

  168. Je voulais dire pour le nombre – impressionnant – et le hors-sujet. Côté ambiance, c’est mieux ici, en effet.

  169. @ Franck : Oui, n’estce pas, ici on rigole. On m’a déjà reproché le manque de sérieux de mes commentateurs :0) M’en fout, je ne ferai pas partie de la jet set littéraire. Je ne pense pas assez 🙂
    @ Vinosse : Ben oui, c’est deux cent commentaires ou rien !

  170. @FM. Moi, j’ rentre de bamboche et pas d’ l’office… Vous, quelqu’un m’a dit qu’ vous étiez folle de la messe, donc j’ répercute.

    @Vinosse. Alley Oop a été mon modèle longtemps. J’ l’adore. Y m’ fait encore marrer.

    J’ déteste Hermann Hesse— quelle dégoûtation avec sa fausse poésie à breloques. (J’ sors vomir… viiiiiiite !)

  171. Cela n’empêche pas d’avoir du talent en littérature quand on a de l’humour. Au contraire même!
    Chez Assoupline, c’est préchi-précha chacun pour sa paroisse et chacun pour son déballage de citations, des vide-greniers personnels…
    Les imbéciles décorés y sont légion!

    A mourir de désespoir.

  172. Bon! Alors soyons sérieux et blablatons un peu plus! N’en manque plus que onze! Tiens on pourrait footer à onze!

  173. Un p’tit de plus pour faire pencher la balance!

    🙂

  174. partie à la pêche au gardon ?

  175. @ Monch : Vous aimez la curaille, ça se sent et puis vous avez l’estomac fragile, c’est tout !
    @ Vinosse : La famille, Vinosse, la famille !
    @ babeth : Footer ? Beurk !

  176. Ah Déesse, trop forte! Monch à l’arrière de la voiture, avec sa tête qui bouge à chaque Cahot ! Mouahahah!
    C’était juste pour faire avancer le décompte vers les 200 au compteur

  177. Sinon, a working class hero, ouaip, je suis.

  178. @ Bah Zoé, 200 c’est un chiffre mythique, on essaye, mais bon…

  179. Eh va-t-elle arriver au sommet ? Ouiiiiiiiiiiiiii…. Nooooooooooooooon… ? Le suspens est insoutenable. Qui écrira ce 200ème commentaire, QUI ?

  180. Moi, si cette imbécile de machine ne me nique pas mes commentaires au prétexte que je les envoie trop vite et qu’il me faut me calmer…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
error: Les textes et photographies sont soumis aux Droits d auteurs