Cacaphonie

 

Il s’est passé une chose extraordinaire l’autre jour sur France musique. J’étais en train d’écouter tout en vacant à mes occupations – car en effet, je vaque,  ne vous déplaise – quand l’un des invités prononça une phrase inouie, d’une profondeur tellement abyssale qu’elle me fit abysser net : 
« On a tous en nous quelque chose de Frédérique ».
Tombant à genoux, les bras en croix, je m’écriai dans un accès de piété : « Mon Dieu, ils m’ont reconnue ! Je suis enfin sur le service public. »

Car – vous l’ai-je dit ? – j’ai tenté autrefois une carrière d’auteur radiophonique. Elle fut convulsive : j’envoyai des textes, on me les refusa. Pour cause de discourtoisie. Je prétendais ennuyer l’auditeur avec des phrases trop longues,  des débuts alambiqués et des fins sans queue ni tête. Au téléphone, Mme X était indignée ; des histoires comme ça, on en trouvait dix sous les sabots d’un âne. Dommage qu’elle fût en plein Paris, elle me l’aurait démontré. Elle convoqua Maupassant qui était fort occupé avec des pissenlits et des asticots. Elle se rabattit sur Bellemare qui ne semblait pas mieux disposé. Dépitée, car elle manquait de nègres sous la main et en avait un besoin pressant, elle finit par conclure :  » Je ne sais si vous êtes assez souple pour travailler avec moi ».

Un ami mien me fit remarquer qu’on parlait sans doute à demi-mot d’élasticité et de diamètre. La hauteur de son point de vue me conduisit à lui envoyer un mail pour qu’il dissèque les oeuvres maudites, au nombre de quatre – car je suis médiocre, mais avec enthousiasme.  Scéance tenante, je lui adressai ce message :  » je t’envoie des textes illisibles et de surcroît poétiques. Prends garde comme la citronnelle devant le bouillon de poule. Signé : Chérie FM. ». Ce qui devait advenir, arriva : dans l’emportement, j’oubliai de modifier l’adresse du correspondant. Aléa jacta est. ( « Ils sont bavards, à la gare de l’Est ». Alea jacta ouest : « à Montparnasse aussi » – Traduction Pierre Desproges).

Après ça, il me restait peu d’espoir d’être un jour à l’antenne de notre grande maison de la radio. Certes, on y privilégie les constructions courtoises pour l’auditeur – sujet, verbe, complément – mais on y perd facilement son latin sous la férule d’un adjectif. La preuve, même en me relisant quatre fois, Madame X n’a toujours pas compris où je voulais en venir. Pourvu qu’il en ait été de même avec ce mail !

Alors cette phrase sur France Musique, était-elle  une manifestation de mansuétude  ? Pouvais-je espérer, tenter à nouveau ma chance ? C’est alors que l’invité poursuivit en évoquant le talent de Frédéric… Chopin. Pardon ? Qui c’est celui-là ? Encore un auteur recommandé, un fils de, un pistonné. Bon bref, cela n’entamera pas ma bonne humeur : Chopin, Martin à quatre lettres près, c’est un peu pareil, non ? Comment ça, non ?

 

CP : Frédérique Martin

Et pour prouver s’il en était besoin, que je n’ai pas l’esprit de rancune, je vous laisse ce lien où vous saurez tout pour devenir auteur radiophonique .
C’est à vous !

Cet article a 68 commentaires

  1. J’adore……
    Je me sens comme….. concernée!

  2. @ Frédérique (qui adore) : C’est aujourd’hui que nous allons voir débouler sur ce site, une cohorte de Frédériques qui noiera le reste des commentateurs dans une perplexité paranoïde.

  3. @Chérie FM: avant que ne viennent les Frédérique et Frédéric censés me paranoïder (je me prends pour un véritable auteur!), je rends un hommage sincère à ta verve qui m’a tant réjouie ce matin dès potron-jacquet. Une bien belle journée grâce à toi et au soleil qui brille insolemment ce matin en faisant la nique aux intempéries. Merci!

  4. @ Babeth : Pour te faire revenir parmi nous, je suis capable de tout 🙂 Notre Depluloin est mou depuis qu’il a perdu sa maman, l’Ads ne vient plus (elle a le nez dans la confiture) et même Monch a les poils en berne.

  5. @Frédérique: p’être bien qu’ils sont enfouis sous la neige ou bien, comme les nounours en profonde hibernation!? Donc, ils ne voient rien, entendent encore moins; bref! Une parfaite inconsistance! Je n’ose le croire! Attention aux réactions! Pasque le poil en berne c’est pas rien! Et les confiotes, je connais!Capables de te scotcher dans un pot!.. Depluloin a perdu sa môman???? Ah que c’est triste……….. L’a pas dû chercher comme il faut!

  6. @ Babeth : Oui, mais tout va s’arranger grâce à l’esprit de Nowel !

  7. Tiens je raconterais bien mes guerres, moi aussi, après avoir bien ri de ta Blitz Krieg, Frédérique.
    Je fis campagne en effet quelque temps sous le commandement d’une Madame Y, qui pour accepter un mien texte après 4000 modifications que j’effectuais le petit doigt sur la couture du pantalon et sous une pluie d’avanies, en vouait d’abord, péremptoire, 5 ou 6 aux gémonies pour cause d’IMR (Illisibilité Majeure et Rédhibitoire).
    Invitée un jour chez un compagnon de galère, mais qui maniait mieux que moi l’aviron, ayant un taux d’invendus et de refus moins élevé, je me penchai sournoisement sur l’écran de son portable allumé. Il affichait justement l’une des histoires, fort intéressante au demeurant, qui venait de passer, m’apprit l’auteur avec fierté, victorieusement la barre.
    La taille de la police de caractère, un bon 16, me surprit, puis… m’éclaira. Je retins l’ idée d’adopter cette présentation… Devenue plus « lisible », j’eus quelques refus de moins.

  8. @ M : Ah si j’avais su qu’il suffisait de passer en 16 pour être comprise, il y a longtemps que je l’aurai fait. Je m’en souviendrais pour mes manuscrits. Ou alors j’enverrais des bésicles avec. Ce qui prouve la validité de la persévérance 🙂

  9. Mouahhhhh ! Je vous y vois Frédérique, tombée à genoux les bras en croix, Madame X n’a qu’à bien se tenir avec son lumbago et son manche à balai bien placé !!

  10. Je m’abstiendrai bien d’un commentaire pour ne pas ajouter à la cacophonie ambiante, j’allais écrire « cacaphonie »… mais préfère dériver sur la francophonie, sachant qu’un bruant à gorge blanche, au Canada, se prénomme un « Frédéric », encore un mâle (!).

  11. @Ma chérie FM : Je suis écroulée de rire. Ton talent de clown m’enchante toujours autant. Je vais te facebooker le museau, tiens, pour la peine.

  12. honteusement, je me suis contentée de savourer la verve

  13. Chopin, oui, fils de pistonné j’en suis sûre ! 🙂

  14. @ Kouki : J’ai la croix fort gracieuse et il faut bien ça pour contrebalancer certaines raideurs mal placées.

  15. @ Frédérique la photographe : Cacaphonie, c’est le titre. Comme quoi il est judicieusement choisi. Un « Frédéric » ? Les expressions de nos amis canadiens m’enchante.

  16. @ Frédérique Sanchez : Dites vous n’auriez pas fait une demande de féminisation de votre prénom, vous ? (Toi ? je ne sais plus). Chérie FM, cela m’a fait rire jusqu’à ce que je m’aperçoive de ma bévue. Je n’avais pas l’échine assez souple de toute façon, aucun regret. Quand ça ne doit pas se faire… Je vous raconterai un jour comment j’ai traité de « Connau » par téléphone, un auteur dont j’avais sollicité la lecture d’un de mes textes. Si, si vous verrez, c’est trés instructif et cela explique la fin d’une carrière qui s’annonçait pourtant prometteuse.

  17. @ ADS : Vite, je cours acheter de la bande passante, il va y avoir un embouteillage à la porte. Merci ma p’tite croqueuse de confiotes.

  18. @ Brigetoun : Pourquoi honteusement ? Pas de verguenza ici. Une mésaventure pareille, il faut au moins que ça serve à faire rire l’entourage. J’espère que vous en avez profité. (Dites, vous avez une sacré activité sur babélio, vous).

  19. @ Cjeanney : Ah, je m’en doutais ! C’est un nom qui me dit quelque chose. On devrait tous les foutre au cachot ces fils de. En plus j’ai ouï dire qu’il fricotait avec un auteur. C’est dégoûtant. Un type qui n’a aucun talent, juste des relations.

  20. Voui tu fais bien, j’ai encore plus d’amis que Justin Bieber là-bas, t’as qu’à voir !

    (à propos de confiote, j’en ai plus…)

  21. @ ADS : Ben va falloir venir te ravitailler, je vois que ça. Je connais une femme…. j’peux pas dire son nom…. elle en vend d’excellentes et parfois, elle en donne. Mais faut être trés GENTILLE (comme moi par exemple) 🙂

  22. Allez, la belle , j’y vais de quelques traits de plume ! Je me délecte de ton auto dérision …!Un bonheur vraiment et c’est bien que je prenne la peine de te le dire à nouveau … Non ?
    Ah ! ces artistes ce qu’ils sont agaçants avec leur ego qui fourre son nez partout et tout le temps …
    Franchement, tu avais autre chose à faire que d’écrire pour la radio, que de faire le nègre …la négresse ?
    Je te mettrais bien quelques lignes sur le prénom dont je suis affublée depuis ma vie in vitro et qui m’a valu tant et tant de fois d’être appelée Monsieur …bon, d’accord ..c’était par courrier !! Mais quand même…il y a de quoi s’emmêler les hormones !! D’où l’usage ici d’un pseudo qui avoue plus clairement sa couleur … rose , bien sûr !
    Bon, tout ça n’est pas sérieux pour un sou et je m’empresse de te laisser sur la bonne humeur que la lecture de ta page m’a donnée.
    A vite !

  23. @ Juliet : Mais c’est que l’auteur a faim (et soif aussi). Elle doit travailler pour remplir son écuelle d’une maigre pitance. Et on lui avait dit le plus grand bien des dividendes qui tombaient lors des parutions à l’antenne. En plus, elle croyait sottement que cela l’aiderait à faire connaître ses livres. Pôvre niaiseuse, Madame X lui a remis les pendules à l’heure. L’auteur doit être discrète, qu’elle se le tienne pour dit. « Si en plus d’écrire comme un sac en soldes, elles se mettent à avoir de l’ambition ! » (yeux levés au ciel, permanente ébouriffée, secouage de tête).

  24. @Frédérique: yeux levés au ciel, permanente ébouriffée, secouage de tête et là catastrophe! Les bésicles de Madame X sont chues!

  25. Dis, Frédérique, tomber les bras en croix sur une dame X, ça peut être mal vu, surtout dans un monde de bisounours… hahahahaha !
    (Bon, je retiens le corps 16, les bésicles, les phrases simples. Rajouter à ça les histoires qui se terminent bien, et on obtient Blanche Neige.)
    (C’est parti.)

  26. @ Sophie K : J’écris les textes (que du Delly), tu réalises les dessins (que du pastel), on se fait des (en or).

  27. Mais placer une pièce à France Cul, c’est le parcours du combattant! Plus difficile que de faire un film! Et pourtant vous êtes connue, éditée… (mais c’est vrai, c’est la condition ciné koua nonne pour prétendre à France Cu.)

    France-Inter, c’est beaucoup plus « formaté », plus court (les droits d’auteurs!), mais j’ai pris grand plaisir à écrire quelques piécettes, hu! hu!

    Sinon, continuez de prier tout en vous entraînant à l’élasticité. Ça peut servir! (l’élasticité ha! ha!)

  28. @ Depluloin : Mais ai-je parlé de France cul ? Hu hu, que nenni ! L’élasticité, mouais, je vais y penser (mais pas trop non plus).

  29. Sortez des frontières, essayez la première de la RTBF, par exemple. On y rencontre des gens plus simples et ouverts (enfin, selon mon expérience)
    A part ça, j’ai bien ri en lisant « cacaphonie » et faire rire un paranoïaque, ce n’est pas facile ! Avec un texte paranoïde, en plus !

  30. @ Joel : Paranoïaque ? Allons, un peu d’humilité ! 🙂
    J’ai été en contact avec RTBF pour un concours organisé par RTBF Namur, il me semble, et qui n’existe peut-être plus aujourd’hui. Mais je n’ai pas gardé de contacts. Des suggestions Joël ? Après auteur radiophonique, je veux bien tenter auteur Belge. En plus, j’ai déjà publié chez eux (dans une maison que je ne vous recommande pas car elle ne paie pas leurs droits aux auteurs et elle porte bien son nom « La Dérive » ) et j’y ai des copains. Que demande le peuple ?
    Paranoïaque, comme vous y allez. Mé(ga)lomane, tout au plus.

  31. Oui. 🙂
    Mais les dessins, ça ne passe pas super à la radio, héhéhéhé.

  32. @ Sophie : Mais on fait un livre, Sophie K, un LIVRE et après on passe à la TELE pour en parler et le montrer. C’est bon, comme programme ?

  33. Alors là…
    Tu m’épates.
    (hihihi !)

  34. Eh bien, cette mésaventure nous a permis de découvrir ce texte bien sympathique. Mais, vous le savez, Frédérique, nul n’est pro-fête dans son pays !
    Cette dame X craignait sans doute de vous voir sortir de l’ombre et d’être jalousement éblouie !

  35. Moi, j’écoute pas la radio franssintère …

    Juste radio Bourcagnieux!

  36. @ Saravati : Je ne crois pas, non. Plutôt une sorte de mépris viscéral pour ces écrivaillons qui l’importunaient et que ses fonctions l’obligeaint à fréquenter quotidiennement. Les seuls auteurs qui trouvaient grâce à ses yeux étaient les morts et les glorieux. Le reste, du fifrelin, de la gnognotte, du babeurre.

  37. @ Vinosse : Elle n’arrive pas jusque dans ma campagne, mais j’ai radio Montailloux.

  38. @ Frederique
    Quel mérite à ne considérer que des auteurs qui ont « fait leurs preuves » et qui sont reconnus d’utilité publique ?
    Je plains ces animateurs qui ne peuvent (ou ne veulent ?) dire que ce qu' »on » attend d’eux. Chaque métier comporte des risques, non ?

  39. La radio, ça existe encore les pièces à la radio ? Je découvre que certains continents que je pensais engloutis surnagent. Sinon ta verve et ton humour n’ont pas de prix

  40. ben merde alors… y avait peut-être pas le son, là maintenant, mais vous lire c’était comme si j’écoutais la radio 🙂
    j’ai bien ri !

  41. @ Saravarti : Certains plus que d’autres.

  42. @ Zoé : Comment ?!!!! Tu ne passes pas tes soirées auprès du feu à écouter des pièces radiophoniques et des retransmission de concerts du Covent Garden ?????? Les bras m’en tombent 🙂

  43. @ Frédéric F : Je ne pensais pas vous voir ici. Quel honneur ! Je ne sais pas qui je dois remercier… Un ami mien peut-être ?

  44. @ MuLM: Alors tant mieux, ma carrière avortée n’aura pas été inutile.

  45. ébin, heureusement que j’écoute pas la radio des vallées pyrénéennes … c’est chiant.

  46. Eh ben… j’ suis sur le cul, là… Vous pouvez être GENTILLE et MARRANTE !!! 🙂
    Reprenez-vous, bon sang, vous êtes une écrivaine sérieuse !!!

  47. @ Monch : Eh dites, mais reprenez-vous vous-même. Marrante, je le suis de notoriété publique. Tenez, cuistre, lisez, ça vous cultivera (il y en a un « Tête de mule et tête de cochon », c’est un titre pour vous) :
    https://www.frederiquemartin.fr/chronique-litteraire-loi-dalo/
    https://www.frederiquemartin.fr/sophie-marceau-dernier-film/
    https://www.frederiquemartin.fr/lire-en-fete-2009-merci-patron/
    https://www.frederiquemartin.fr/chine-berge-rat-lapin-collection/
    ou encore le Dieu des grands-mères, vous connaissez non ? Votre auteur préféré :
    https://www.frederiquemartin.fr/le-dieu-des-grands-meres/
    ça c’est de ma part et c’est cadeau :
    https://www.frederiquemartin.fr/eternel-feminin-juliette-noureddine-fete-des-meres/
    et pour finir parce que j’ai pas le temps de les chercher tous :
    https://www.frederiquemartin.fr/via-rupta-asterix-obelix-falbala-poisson-d-avril/

    Après ça, vous me copierez 50 fois sur votre blog : Frédérique Martin est une femme marrante, gentille et sérieuse. Elle a beaucoup de talent. Signé : Monch.

  48. Alors là, pour une GENTILLE MARRANTE, quelle agressivité, quelle impétuosité, quelle verve furieuse. Mais vous êtes une femme de guerre ! La Jeanne d’Arc du ouèbe ! La Pasionaria des blogs !

    Rien que parce que j’ai pas envie de recevoir un coup de gourdin sur le crâne (y doit m’ faire de l’utilité encore pendant quelques années), je vais répondre à votre injonction : FM est GENTILLE, MARRANTE et talentueuse (à gages). Signé : ù*+=

    Désolé pour la signature mais j’écris comme un cochon.

  49. @ Monch : 50 fois et sur VOTRE blog. Vous vous croyez chez vous ici ? 🙂

  50. @FM. Sur MON blog ? Ah non, je m’en voudrais de vous voler un gramme de notoriété en utilisant votre nom pour briller. Non, non, non… j’ suis un obscur et je tiens à le rester. Et puis, ce serait déchoir pour vous que d’être nommée sur un blog aussi peu fréquenté que le mien.

  51. @ Monch : Vous n’êtes qu’un gougnafier ! (j’adore déchoir, c’est ma spécialité déchoir. Dechevons, déchevons).

  52. @FM. Le féminin de gougnafier, c’est bougnafière ? 😀

  53. @ FP : Il n’y a pas de féminin, c’est réservé aux hommes (et à vous en particulier, c’est du sur mesure, de la haute couture). 🙂

  54. Mince! Encore un peu et j’allais rater un des plus beau échange depuis… très longtemps!! Mais que font Anna de S. et Babeth? Je m’étonne! … Bon, continuez, continuez! …

    Que voulais-je dire? … Ah oui! Et Radio Londres? Vous avez essayé? … Oui, je sais!

  55. @ Depluloin : Radio Londres, on verra. Mais comme vous allez honteusement me pistonner pour que j’entre à France Cul…Tout va s’arranger grâce à vous :0)
    Babeth et Anna, je crois qu’elles bossent (ensemble si ça se trouve !).

  56. En effet la passe d’armes valait le détour (oui enfin n’exagérons rien un clic juste à droite de mon tiblog). T’es gentille toi ? Talentueuse ouiche, marrante certes, gentille euh, faut voir (il te reste des confitures ?) 🙂

  57. Magnifique photo sur ta page d’accueil !
    Très belle.

  58. @ Zoé : Mais oui je suis gentille, mais pas tout le temps non plus, faut pas exagérer 🙂 Mon stock de confitures en a pris un coup, j’ai un succés dingue de ce côté là !

  59. @ Gilles : N’est ce pas ? Frédérique la photographe m’a fait un trés joli cadeau.

  60. @ Dominique : Vous êtes sûr que vous ne confondez pas avec Chopine ?

  61. Un petit bonjour en passant, un grand bravo. Votre texte est vraiment poilant , enfin bon, personnellement, j’ai adoré et votre titre aussi ; en plus concernant « France bidule » vous avez complètement raison, sinon il y a « Radio Cactus », c’est comme « chérie FM », mais dans un petit village, il prennent tout le monde (sauf Fréderic Chopin 🙂 par contre vous aurez à combattre un certain Frédéric François, c’est pas gagné, mais c’est disons euh… Un tremplin 🙂
    http://www.radio-cactus.com/

  62. @ Frasby : ça m’a tout l’air d’être le tremplin de la jeune chanson française 🙂 Pourquoi pas, je suis encore dans les temps ! Merci d’être passée.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
error: Les textes et photographies sont soumis aux Droits d auteurs