Comme chiens et chats – Histoires de frères et soeurs

 

Quand le petit dernier arrive à la maison, bien sûr, c’est la cacophonie. Il y a ceux qui sont contents de voir une nouvelle bobine et ceux qui bougonnent en s’agrippant à leur place Et puis, qui est le préféré, hein, je vous le demande un peu ? Certains se haussent du col d’être sortis dans le monde, d’autres parce qu’ils vous tirent des larmes comme qui rigole ou qu’ils sont capables de vous faire glousser pour un rien. Il y a aussi les complexés, ceux qu’on n’a pas assez vus, qu’on a un peu critiqués, qui ont été oubliés chez le marchand. Bref, tout ce petit monde jabote de concert :

– Non pas là, j’y étais le premier.
– Il a plus de place que moi, on ne me voit plus.
– C’est qui l’aîné, c’est toi peut-être ? Tu me dois le respect.
– Oh trop la vieille, c’est bon, t’as vu ton look ?
– Tu la vois celle-là ? Tu vas te la prendre dans la tranche.
– Et alors, le nouveau ? On t’entend pas des masses. T’as la pétoche, hein ? Il a la pétooo-cheu, il a la pétooo-cheu.

Bon bref. Ecrivain, c’est pas facile. Je ne vous parle même pas des autres, les inachevés, les non lus, les enterrés, les projets, les retardés ou les mauvais. Et les pires : les non publiés ! Ah ceux-là, ils s’agrippent en chialant, ils vous collent au train, ils vous réveillent la nuit, le cauchemar incarné, l’hostie éternelle à portée de main.

Mais aujourd’hui, l’œuf est à son terme et après le très récent Fils prodigue, la famille s’agrandit avec l’arrivée en fanfare de  Entre chiens et chats – Histoires de frères et sœurs  aux éditions Thierry Magnier. Retour donc, à mes amours de jeunesse. Et silence sur les étagères, ou je vous mets à contribution pour écrire des lettres anonymes !

 

Dans ce recueil collectif sur le thème de la fratrie, outre ma nouvelle  A tes souhaits !, on pourra lire celles de Shaïne Cassim, Jérôme Lambert, Véronique M. Lenormand, Pascale Maret, Mathis, Charlotte Moundlic, Mikaël Ollivier et mon amie Florence Thinard qu’il n’est plus besoin de vous présenter.

La quatrième promet que : « Amour, haine, quels que soient les sentiments qui nous lient à nos frères et sœurs, c’est pour la vie. » Oh là là, comme vous y allez ! Pour la vie, et puis quoi encore ? Ah non, mais quand même, faut pas exagérer.

Je ne vais pas dévoiler les horribles secrets des uns et les tendresses des autres, mais en ce qui me concerne, je dirai que si vous avez des frangines qui vous encombrent, ou des frangins casse-burettes dont vous aimeriez vous défaire… on doit pouvoir s’arranger. (Pour la vie ? Non, mais hé ho !)

 

Post Scriptum diligentum : Cette nouvelle est quand même dédiée à ma sœur Myriam. (Mais bon, attention, hein ! Faudrait voir à pas pousser mémé dans les orties. Qui c’est  mémé ?! Viens là et tu vas voir !)

Mémé dans les orties - CP Frédérique Martin

Cet article a 35 commentaires

  1. … surtout quand elle est en short (mémé).
    Oh Frédérique, je partage ton plaisir. Et chez un bel éditeur.

  2. @ Gilles : Merci Gilles. C’est effectivement un éditeur avec lequel j’ai beaucoup de plaisir à travailler.(ou pire : sans short).

  3. Happy with U 🙂

  4. Bravo! Félicitations!

  5. ah ben félicitations ! Et peut-on se le procurer dans toutes les bonnes animaleries cet ouvrage ?

  6. Les histoires de fratrie vont, souvent, cahin-caha ! Bien des familles en sont décomposées….Je m’égare!

  7. Pas du tout Patrick, vous ne vous égarez pas.

  8. J’ai beau chercher, je vois les orties mais pas Mémé!

  9. @ Babeth : Elle est partie se draper dans sa dignité.

  10. J’ suis dans l’ recueil, vu que j’ suis un bon toutou avec des dents acérées ?… Et j’ai la détestation de la famille en plus.

  11. @ Monch : Je n’ai pas terminé la lecture de toutes les nouvelles, mais je ne vous y ai pas encore croisé (la détestation des familles, comme vous y allez 🙂 )

  12. La famille? Ah non merci! J’ai la mienne! … Pourquoi ne pas écrire sur les… les… sur n’importe quoi sauf la famille! (Ouf! j’y suis arrivé!)

  13. Une nouvelle nouvelle. Oh, quelle bonne nouvelle mâme Fredaime. On applaudit et on vous bise chaleureusement

  14. @ Pluplu : Si on ne peut plus écrire sur les familles, les sujets se réduisent…

  15. @ Zoé : Mais moi de même.

  16. Très contente d’apprendre cette nouvelle. Tu auras deux baisers guillerets en plus incessamment sous peu. Tant pis pour toi. :0)

  17. @ Sophie K : Je cours me faire un gommage pour avoir la peau plus douce !

  18. @ Fredaime : mwa j’vais passer l’aspirateur, hop.

  19. @ Sophie : Tu es si poussiéreuse que ça ?

  20. L’ai commandé y’a un bail et l’ai toujours pas reçu… Je hais les distributeurs.

  21. @ ADS : Tu es méritante (ou alors on te l’a déjà volé !)

  22. C’est la faute du facteur!

  23. @ Calimerotte : Ce n’est pas gentil d’accuser le père d’Anna de Sandre (En plus on n’est pas sûres que ce soit lui).

  24. Moi, le facteur m’a fait un chouette cadeau hier… :0) (Mille mercis !)

  25. @ Ma petite Sophie : J’ai bien eu tes messages qui m’ont vraiment fait plaisir. Tu as bien compris que je suis en mouvement perpétuel. Je vais me poser en Tunisie demain soir et là, je prendrai enfin le temps de te répondre correctement. Mais sinon, moi tout pareil que toi :0) (Eh oui, c’est privé !)

  26. (Oui, j’avais deviné, ne t’inquiète pas.) :0)

    Et oui, c’est privé, bande de curieux ! Fredaime et moi fomentons un complot en vue de déstabiliser toutes les places boursières (on ne peut plus dire « bourses », en ce moment, c’t’affreux !) de la World Company ? Et alors! On a bien l’droit.

  27. @ Sophie K : Je ne te le fais pas dire 🙂

  28. Bon alors ce complot, ça vient ? Vous la faites sauter oui ou …
    Tu n’as quand même pas été kidnappée par un commando de fesse de boucs si ?

  29. Je suis en Tunisie, Zoé. Bientôt de retour, à moins que je ne sois prise en otage par la famille dans laquelle je pars à Sousse passer le week end. 🙂

  30. Oh la la bonne mère! Pas de nouvelles! Allez savoir où elle est à prèsent! Mais soussest-elle passée?

  31. Pourriez vous me faire un résumé apéritif de la nouvelle « A tes souhaits  » S’il vous plait !!! MERCI beaucoup !!!!!! 😀

  32. Dorit a une horripilante petite soeur, Talia. Un soir, celle-ci fait toute une histoire pour prendre la place du haut dans les lits superposés, alors que c’est la place de sa soeur aînée. Contrainte par sa mère de céder, Dorit, en retour, propose à Talia de faire trois voeux, tandis qu’elle même n’en fait qu’un seul à trois reprises. Le lendemain matin…
    J’espère avoir répondu à votre attente, Sam 🙂

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu
error: Les textes et photographies sont soumis aux Droits d auteurs